NOUVELLES

Nucléaire: l'Iran espère une poursuite des "avancées" avec le 5+1 à Almaty

29/03/2013 08:04 EDT | Actualisé 29/05/2013 05:12 EDT

L'Iran a dit vendredi espérer que "les avancées" se poursuivent lors des discussions avec les grandes puissances sur son programme nucléaire controversé, les 5 et 6 avril à Almaty (Kazakhstan), après les "résultats positifs" de la précédente réunion fin février.

"Almaty I (les 26 et 27 février) a eu des résultats positifs et nous espérons qu'à Almaty II, les avancées se poursuivront", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, cité par le site internet de la radio-télévision Irib.

Mais "le problème ne sera pas résolu en un jour", a-t-il souligné en marge d'une visite officielle au Tadjikistan.

Les négociations entre l'Iran et les pays du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne) ont repris fin février après huit mois de suspension.

Les Occidentaux et Israël soupçonnent l'Iran de chercher à mettre au point une bombe atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce que Téhéran nie farouchement. La République islamique est pour cela sous le coup d'une série de sanctions de l'ONU, renforcées unilatéralement par un embargo bancaire et pétrolier de l'Union européenne et des Etats-Unis.

A Almaty, le groupe des 5+1 a présenté une "offre révisée", en exigeant la "suspension" plutôt que "l'arrêt" des activités d'enrichissement d'uranium à 20% en Iran. En échange, certaines sanctions sur le commerce de l'or et le secteur pétrochimique seraient atténuées.

L'Iran a salué un "tournant" dans les négociations mais exige la levée de sanctions plus importantes et insiste pour que son "droit" à enrichir l'uranium soit reconnu par la communauté internationale.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a également donné pour la première fois son aval à des discussions directes sur le nucléaire avec les Etats-Unis, se disant toutefois "pas optimiste" sur l'issue de ce dialogue.

La Russie a également tempéré l'optimisme autour du dossier après une réunion d'experts à la mi-mars pour préparer la rencontre d'Almaty.

"Il y a eu un certain progrès, mais ce progrès est insuffisant pour parler d'une percée significative", a commenté le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

fpn/cyj/fc

PLUS:afp