NOUVELLES

La vie économique de l'île perturbée par les restrictions bancaires

29/03/2013 06:15 EDT | Actualisé 29/05/2013 05:12 EDT

La vie économique chypriote restait perturbée vendredi, au lendemain de la réouverture dans le calme des banques de l'île, où nombre d'employeurs peinent à payer les salaires, tandis que loyers et autres factures restaient en suspens.

"Il va y avoir des difficultés et des situations désagréables en ce qui concerne les salaires", a déclaré Michailis Antoniou, directeur adjoint de l'Associations des employeurs chypriotes, tout en estimant que la majorité des employeurs devrait être en capacité de verser tout ou partie des salaires de mars dans les jours à venir.

"La semaine prochaine, nous devrions revenir à la normale, avec un système économique qui tourne. Mais la normalité après le choc ne sera jamais comme avant de drame", prévient-il.

"Il y aura un avant et un après le 15 mars", a-t-il prévenu, en référence au premier accord sur un plan de sauvetage, conclu dans la nuit du 15 au 16 mars, qui a ensuite été renégocié pendant 10 jours après un rejet au Parlement chypriote.

Ces tergiversations ont entraîné une fermeture forcée des banques pendant douze jours et la mise en place de limitations strictes sur les mouvements de capitaux par crainte d'une fuite massive de fonds.

Vendredi, beaucoup de commerces et de stations services n'avaient pas retiré vendredi matin leurs affichettes signalant que seuls les paiements en liquide étaient acceptés.

En revanche, les douanes et autres services publics, qui réclamaient des paiements en liquide, acceptent de nouveau des chèques -- ce qui devrait aider les importateurs à récupérer leur marchandise bloquée au port de Limassol, où selon le Cyprus Mail quelque 2.500 conteneurs sont stockés contre 1.200 maximum habituellement.

Selon un décret ministériel, les retraits en liquide sont limités à 300 euros par jour et par personne dans toutes les banques, tandis que les paiements à l'étranger ne peuvent dépasser 5.000 euros par mois.

Les virements entre banques chypriotes ne sont pas limités, mais plusieurs clients de la Laïki, la deuxième du pays promise à la liquidation, n'ont pas pu effectuer de virement de ce type pour payer leur loyer ces deux derniers jours.

Les transactions commerciales habituelles sont autorisées, mais au-dessus de 5.000 euros, elles sont soumises à l'approbation d'une commission chargée de vérifier qu'elle correspondent à l'activité habituelle de l'entreprise.

Selon Leonidas Paschalides, un responsable de la Chambre de commerce de Chypre, ces approbations devraient prendre 24 heures. "On verra en pratique comme cela se passe", a-t-il estimé en évoquant de possibles mesures de priorités pour les secteurs fonctionnant avec des denrées périssables.

cnp/fc

PLUS:afp