NOUVELLES

Syrie: une attaque au mortier fait 10 morts à l'université de Damas

28/03/2013 08:00 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT

DAMAS, Syrie - Au moins 10 personnes ont été tuées et une vingtaine d'autres ont été blessées jeudi lorsque des mortiers sont tombés sur la cafétéria de l'université de Damas, selon ce que rapportent les médias et les dirigeants syriens.

La télévision publique affirme que 10 persones ont perdu la vie quand des mortiers ont frappé la faculté d'architecture, dans le quartier central de Baramkeh. Un responsable syrien a indiqué, sous le couvert de l'anonymat, que 20 personnes ont aussi été blessées.

Des images diffusées à la télévision montraient du mobilier de plastique renversé, des vitres fracassées et des livres éparpillés sur le sol. De nombreuses mares de sang étaient visibles pendant que des ambulanciers tentaient de ranimer une jeune femme.

À un certain moment, l'agence de presse officielle SANA avait annoncé que 15 personnes avaient perdu la vie dans l'attaque, mais le bilan a été revu à la baisse quelques heures plus tard.

Personne n'a encore revendiqué l'attentat, mais celui-ci survient deux jours après qu'une attaque au mortier eut été lancée par les rebelles contre Damas, faisant trois morts et des dizaines de blessés.

L'attaque a été confirmée jeudi par l'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, qui ajoute que plusieurs des blessés se trouvent dans un état grave.

L'observatoire rapporte aussi que les insurgés ont lancé une offensive dans la région de Dael, au sud de Damas. Les combats auraient fait trois victimes.

Le régime syrien nie formellement qu'un avion iranien qui livrait des armes au régime ait été touché au moment où il tentait de se poser à Damas, malgré ce que rapportent les réseaux Al-Jazira et Al-Arabiya.

Par ailleurs, une émeute a éclaté dans un camp de réfugiés syriens en Jordanie, quand les réfugiés ont été informés qu'ils ne pouvaient pas rentrer chez eux.

Un représentant du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés en Jordanie, Ali Bibi, a dit ne pas savoir combien de réfugiés ont participé à l'émeute au camp de Zaatari, qui accueille un peu moins de 200 000 personnes.

L'émeute a éclaté quand certains réfugiés syriens ont tenté de monter à bord de bus pour rentrer chez eux.

M. Bibi a expliqué que les autorités jordaniennes ont empêcher les bus de prendre la direction de la frontière en raison des combats qui opposent toujours les rebelles syriens aux soldats de Bachar el-Assad dans le sud de la Syrie.

L'émeute ne semble pas avoir fait de blessés. Les autorités jordaniennes ont promis aux réfugiés d'organiser leur retour à un autre moment.

PLUS:pc