NOUVELLES

Ntaganda craignait pour sa vie quand il s'est rendu aux autorités

28/03/2013 10:24 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT

KAMPALA, Ouganda - Un seigneur de guerre rwandais surnommé le "Terminator" se serait livré aux autorités américaines et a demandé à être remis à la Cour pénale internationale après avoir tenté, sans succès, de déloger le leader du mouvement rebelle auquel il appartenait.

Un porte-parole du groupe rebelle M23 a expliqué que Bosco Ntaganda est allé trop loin quand il a tenté d'évincer le chef militaire du mouvement, Sultani Makenga.

Les affrontements qui ont éclaté, plus tôt ce mois-ci, entre des factions rivales de M23 ont mené à la victoire de M. Makenga.

Le 18 mars, quelques jours après avoir perdu un combat avec une faction loyale à M. Makenga, Ntaganda s'est rendu à l'ambassade américaine de Kigali, au Rwanda, et a demandé à être livré à la CPI.

Le mouvement M23 s'est scindé en deux à la fin du mois de février, quand M. Makenga a tenté de se débarasser du leader politique du groupe, Jean-Marie Runiga. Les deux hommes ont ensuite formé des factions rivales.

Aucun mandat d'arrestation international ne pèse contre M. Makenga, mais il fait l'objet de sanctions de la part de l'ONU et les groupes de défense des droits de la personne affirment qu'il a commis des crimes semblables à ceux qui sont reprochés à Ntaganda.

PLUS:pc