NOUVELLES

Massacre d'Aurora: le procureur peu enclin à passer un accord avec le tueur (médias)

28/03/2013 08:54 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT

Le parquet n'a pas l'intention de passer un accord avec l'auteur présumé du massacre d'Aurora (Colorado, ouest des Etats-Unis), qui souhaite plaider coupable pour échapper à la peine de mort, selon des documents judiciaire publiés jeudi dans des médias locaux.

Mercredi, les avocats de James Holmes avaient affirmé que leur client était prêt à plaider coupable, pour peu que l'accusation renonce à réclamer la peine de mort, au profit d'une condamnation à la prison à perpétuité sans possibilité de libération anticipée.

Dans le système judiciaire américain, plaider coupable permet d'éviter un procès, en passant un accord avec le bureau du procureur.

Mais jeudi, l'accusation a rejeté la proposition des avocats de James Holmes, qui avait fait irruption dans un multiplexe d'Aurora et avait ouvert le feu sur le public d'une séance de minuit du dernier "Batman", faisant 12 morts et 70 blessés.

"Il n'y a pas -- et il n'y a jamais eu -- aucune offre (présentée à l'accusé) pour plaider coupable", écrit l'accusation dans un document envoyé au tribunal et publié par le Denver Post, qualifiant "d'extrêmement improbable" la conclusion d'un quelconque accord.

Le bureau du procureur réclame "un accès aux informations qui lui permettraient d'évaluer complètement l'accusé et ses actes présumés, afin de déterminer la résolution la plus correcte dans cette affaire".

James Holmes, 25 ans, doit comparaître lundi devant la justice. Lors de l'audience, l'accusation devra dire si elle compte réclamer la peine de mort.

Mercredi, ses avocats avaient assuré que "M. Holmes souhaite mettre fin à l'affaire, et donner une issue rapide et définitive à la procédure, pour toutes les personnes concernées".

James Holmes est poursuivi pour 166 chefs d'accusation, parmi lesquels douze meurtres avec préméditation et des dizaines de tentatives de meurtre avec préméditation pour tous les blessés. Il est également poursuivi pour détention d'explosifs et d'engins inflammables.

Le massacre d'Aurora avait ravivé le débat sur la réglementation du port d'armes aux Etats-Unis, actuellement en débat au Congrès après une autre fusillade survenue le 14 décembre dans une école élémentaire de Newtown (Connecticut, nord-est), où 20 enfants avaient trouvé la mort.

rr/are

PLUS:afp