NOUVELLES

L'ONU s'inquiète des arrestations arbitraires au Brésil

28/03/2013 02:28 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT

BRASILIA, Brésil - Une équipe d'enquête des Nations unies s'inquiète du nombre croissant d'arrestations qu'elle qualifie d'arbitraires au Brésil, qui se prépare à accueillir la Coupe du monde en 2014 et les Jeux olympiques deux ans plus tard.

Le groupe de travail de l'ONU sur les détentions arbitraires a complété jeudi une visite de 10 jours dans le pays sud-américain. Il s'est penché sur des allégations à l'effet que des personnes ont été «privées de leur liberté de façon arbitraire» dans cinq villes brésiliennes.

«Notre inquiétude, c'est que le Brésil tentera de se présenter sous son meilleur jour en prévision de ces deux événements et qu'il mettra sur pied une sorte de campagne de nettoyage qui pourrait faire augmenter le nombre de détentions de personnes susceptibles de commettre des crimes», a exposé l'un des membres de l'équipe, Roberto Garreton, lors d'une conférence de presse.

Le groupe de travail n'a pas précisé combien des 550 000 détenus du Brésil avaient été arrêtés de façon préventive, précisant néanmoins que 200 000 d'entre eux attendaient toujours de faire face à la justice.

Le gouvernement n'a pas encore réagi à ces allégations.

La répression des autorités brésiliennes se fait surtout ressentir chez les toxicomanes, selon le rapport préliminaire de l'équipe d'enquêteurs.

«Le groupe de travail est sérieusement inquiet des informations à l'effet que ces mesures (les arrestations de toxicomanes) sont appliquées de façon très stricte en prévision des événements d'envergure comme la Coupe du monde de 2014 et les Jeux olympiques de 2016, qui auront lieu au Brésil.»

Le rapport final du groupe de travail doit être déposé au Comité des droits de l'homme des Nations unies en 2014.

PLUS:pc