NOUVELLES

L'ONU donne le feu vert à l'intervention d'une brigade militaire en RDC

28/03/2013 03:23 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - Le Conseil de sécurité des Nations unies a autorisé jeudi le déploiement d'une nouvelle «brigade d'intervention» en République démocratique du Congo (RDC). Celle-ci serait dotée d'un mandat sans précédent, celui d'intervenir militairement contre les groupes rebelles afin d'aider à rétablir la paix.

La résolution adoptée unanimement donne à la brigade le mandat d'effectuer des opérations offensives seule ou en compagnie des troupes de l'armée congolaise afin de neutraliser et désarmer les groupes rebelles.

Cette brigade d'intervention est sans précédent dans une mission de maintien de la paix de l'ONU en raison de son caractère offensif. Elle doit être intégrée à la force actuellement en place en RDC, la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RD Congo (MONUSCO).

La résolution stipule de façon très claire qu'elle serait déployée pour une période d'un an, «sur une base exceptionnelle et sans créer de précédent» aux principes des opérations de maintien de la paix de l'ONU.

L'ambassadeur du Guatemala aux Nations unies, Gert Rosenthal, s'est cependant montré inquiet de voir l'organisation internationale prendre le chemin d'une «imposition de la paix» qui pourrait compromettre sa neutralité.

Le texte de la résolution prévoit que la «brigade d'intervention» doit avoir une «stratégie de sortie claire». Parrainée par la France, les États-Unis et le Togo, elle confiera à la brigade le mandat d'opérer de façon «robuste» et «versatile» afin de s'assurer que les groupes armés ne puissent menacer l'autorité du gouvernement congolais ou la sécurité des civils.

L'ambassadeur russe à l'ONU, Vitaly Churkin, qui préside actuellement l'organe onusien, avait déclaré lors d'une conférence de presse qu'une résolution «attendue depuis longtemps» qui «reconnaîtrait la nécessité de contrer la (violence) destructrice» en RDC, qui est à feu et à sang depuis le génocide Rwandais de 1994.

PLUS:pc