NOUVELLES

Les Blue Jays sont sur le point de s'envoler, et la barre est très haute

28/03/2013 04:30 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT

TORONTO - Dès le premier jour du camp d'entraînement, le gérant John Gibbons a cherché un moyen de ne pas s'emporter en parlant de la cuvée 2013 des Blue Jays de Toronto.

«Il y a un certain potentiel, nous pensons», a-t-il dit à propos de la formation revampée des Blue Jays. «Mais, bien sûr, nous n'avons pas disputé le moindre match encore. Il n'y a pas matière à s'emballer.

«Mais je crois néanmoins que ce sera intéressant. Je crois que ce groupe réalisera quelque chose de spécial», a-t-il ajouté.

Plus d'un mois plus tard, après quelques tempêtes dans un verre d'eau, Gibbons n'a pas changé d'avis.

«Je sens qu'il y a quelque chose de particulier avec ce groupe, quelque chose d'inhabituel», a-t-il confié cette semaine. «La chimie est déjà là. Parfois, vous comptez sur une tonne de talent, mais chacun va dans sa direction.»

Les attentes sont très élevées à Toronto depuis que le groupe propriétaire des Blue Jays a délié les cordons de la bourse et permis au directeur général montréalais Alex Anthopoulos d'acquérir les pièces nécessaires pour compléter son casse-tête.

Les Torontois, qui ont présenté une fiche de 73-89 suffisante pour le quatrième et avant dernier rang de la section est de la Ligue américaine l'an dernier, devraient participer aux séries éliminatoires et peut-être même atteindre la Série mondiale, rappelant les beaux jours de l'organisation en 1992 et 1993.

L'arrêt-court étoile Jose Reyes, le droitier Josh Johnson, le gaucher Mark Buehrle et le joueur d'avant-champ Emilo Bonifacio sont tous arrivés à Toronto via une méga-transaction complétée avec les Marlins de Miami.

Le récipiendaire du trophée Cy Young dans la Ligue nationale R.A Dickey a pour sa part été acquis des Mets de New York.

Le voltigeur Melky Cabrera, dont la course au titre de meilleur frappeur de la Nationale avec les Giants de San Francisco a pris fin avec une suspension pour dopage sportif, et le joueur d'avant-champ Maicer Izturis ont été mis sous contrat après être devenus joueurs autonomes sans compensation.

Le frappeur de puissance Jose Bautista, entre-temps, a récupéré d'une opération à un poignet qui a amputé une partie de sa saison 2012.

Mettez tous ces éléments ensemble, et les Blue Jays semblent bénéficier d'un coffre à outils bien garni. Un coffre à outils dispendieux, cependant.

«Tous les éléments sont ici», a dit Bautista au début du camp d'entraînement. «C'est maintenant à nous de performer.

«Nous adorons ce défi et nous sommes confiants, car nous formons un bon groupe de joueurs. Je crois que nous allons sauter sur le terrain et nous amuser, et j'espère que nous éviterons les blessures. Si tout ça se produit, alors la saison devrait bien se dérouler. Nous devrions être en séries éliminatoires, et peut-être même en Série mondiale.»

Ces sentiments ne sont toutefois pas gratuits.

Les décisions d'Anthopoulos ont fait passer la masse salariale des Blue Jays de 83,7 millions $US au début de la saison 2012 à plus de 122 millions $ cette année.

PLUS:pc