NOUVELLES

Le pétrole à l'équilibre à New York après des indicateurs américains mitigés

28/03/2013 09:28 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT

Le cours du pétrole à New York s'affichait près de l'équilibre jeudi peu après l'ouverture, les investisseurs accueillant sans enthousiasme des indicateurs américains mitigés et gardant un oeil sur Chypre, où les banques ont rouvert après douze jours de fermeture.

Vers 13H15 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai grappillait 3 cents à 96,61 dollars, après avoir entamé la journée à la baisse, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Il s'agit de la dernière séance de la semaine, les marchés américains étant fermés vendredi à l'occasion des fêtes de Pâques.

"Les chiffres qui sont sortis ce matin sont un peu plus faibles que ce à quoi on s'attendait. Or tout signe un peu moins reluisant pour l'économie implique potentiellement une activité plus faible et donc une baisse de la demande énergétique", a résumé Bart Melek, de TD Securities.

Les nouvelles inscriptions au chômage ont notamment accéléré leur hausse aux Etats-Unis du 16 au 23 mars, progressant de 4,6% par rapport à la semaine précédente alors que les analystes tablaient sur une hausse bien moins prononcée (+0,5%).

Les autorités américaines ont par ailleurs fait part d'une révision positive du produit intérieur brut du pays au dernier trimestre 2012, qui a ralenti mais un peu moins fortement qu'on le pensait jusque-là.

Cette révision confirme néanmoins que l'économie américaine a nettement ralenti par rapport aux trois mois d'été, où le PIB avait augmenté de 3,1%.

Les investisseurs continuent par ailleurs à surveiller la situation à Nicosie, où la fermeture des établissements bancaires depuis deux semaines avaient paralysé l'activité économique.

Les clients étaient soumis à des restrictions inédites en zone euro pour éviter une fuite de capitaux de l'île après un plan de sauvetage international aux conditions draconiennes.

Mais "les files d'attentes ordonnées et l'absence de panique devant les banques chypriotes ont calmé les marchés", a remarqué Matt Smith, de Schneider Electric.

jum/sl/mdm

PLUS:afp