NOUVELLES

Le PIB a augmenté de 0,2 % en janvier grâce au secteur manufacturier

28/03/2013 08:50 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT

OTTAWA - Le secteur de la fabrication a aidé l'économie canadienne à afficher une meilleure croissance que prévu au mois de janvier, pour faire suite à la légère contraction observée à la fin 2012.

Cependant, des économistes ont averti que la croissance restait malgré tout inférieure au rythme qu'elle devrait connaître pour atteindre la projection de deux pour cent que la Banque du Canada lui a promis pour l'année en cours.

Le produit intérieur brut du Canada a crû de 0,2 pour cent en janvier après avoir reculé de 0,2 pour cent en décembre, a indiqué jeudi Statistique Canada, surpassant ainsi la prévision de 0,1 pour cent des analystes.

L'économiste Emanuella Enenajor, de Marchés mondiaux CIBC, a indiqué que le secteur manufacturier avait fait preuve d'une vigueur étonnante compte tenu de l'affaiblissement des ventes rapporté par d'autres données. Elle a en outre noté que la croissance n'était toujours pas aussi solide que certains l'avaient anticipé.

«Même si les données dévoilées aujourd'hui laissent croire que le produit intérieur brut du premier trimestre pourrait s'établir dans les environs de 1,5 pour cent — une accélération par rapport au rythme observé lors des trimestres précédents — cela reste plus faible que dans les perspectives émises par la Banque du Canada», a-t-elle affirmé dans une brève note.

En effet, les prévisions de la banque centrale misent sur une croissance qui prendra de la vitesse au cours de l'année et s'établira à 2,0 pour cent en 2013, pour ensuite grimper à 2,7 pour cent en 2014, ce qui est plus optimiste que la plupart des autres prévisions.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a indiqué jeudi s'attendre à ce que l'économie canadienne affiche une croissance de 1,1 pour cent pour les trois premiers mois de 2013 et de 1,9 pour cent lors du deuxième trimestre.

Minée par la contraction du mois de décembre, le PIB réel n'a progressé que de 0,6 pour cent au quatrième trimestre de 2012, après avoir affiché une croissance à peine supérieure — 0,7 pour cent — lors du troisième.

Même si les résultats de janvier sont meilleurs que prévu, il est trop tôt pour célébrer le retour de la reprise économique, a averti l'économiste Sonya Gulati, de la Banque TD.

«La fabrication a été un secteur de vigueur en particulier, mais cela survient après plusieurs mois de déception», a-t-elle fait remarquer.

«Ce secteur a eu de la difficulté à prendre du mieux au cours des dernières années, pendant que l'incertitude économique mondiale continuait à dominer. L'optimisme quant à la santé de la reprise économique aux États-Unis prend de la vigueur, mais cela ne va vraisemblablement paraître que dans les chiffres de la deuxième moitié de l'année.»

Le secteur manufacturier, dont la contribution au gain de janvier a été la plus importante, a crû de 1,2 pour cent, après avoir reculé de 1,9 pour cent en décembre.

Selon Statistique Canada, la production de biens a progressé de 0,4 pour cent en janvier. Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz a aussi affiché une croissance, tandis que des déclins ont été observés dans ceux de l'agriculture, de la foresterie et de la construction.

La production des industries productrices de services a grimpé de 0,2 pour cent en janvier, essentiellement grâce aux gains du commerce de gros, des arts et des spectacles et du secteur public.

Mme Enenajor a estimé que la croissance dans le secteur des arts et spectacles était probablement attribuable au retour des activités dans la Ligue nationale de hockey (LNH) après la conclusion d'une nouvelle convention collective pour les joueurs.

PLUS:pc