Huffpost Canada Quebec qc

Il y aura d'autres appels trompeurs sans de nouvelles règles, avertit le DGE

Publication: Mis à jour:
FTC ROBOCALL COMPANIES
Shutterstock

OTTAWA - Le Directeur général des élections du Canada (DGE) a prévenu jeudi qu'une nouvelle vague d'appels trompeurs pourraient survenir pendant les prochaines élections générales si des règles et des pénalités plus sévères ne sont pas mises en place rapidement — d'ici la fin de cette année.

Marc Mayrand a fait valoir que compte tenu du temps que nécessitent les mesures législatives pour franchir tout le processus parlementaire, de nouvelles lois devront être mises en place au plus tard avant la fin de 2014.

Le DGE a fait ces déclarations aux médias au lendemain de la publication d'un rapport d'Élections Canada qui proposait des stratégies afin d'éviter les appels trompeurs ou frauduleux qui ont miné les élections de 2011. Ces appels visaient à aiguiller les électeurs de plusieurs circonscriptions du pays vers des bureaux de scrutin inexistants ou inexacts.

On recommandait notamment la mise en place de pénalités sévères pour quiconque est reconnu coupable d'avoir usurpé l'identité d'un responsable électoral, des pouvoirs d'enquête accrus, et des mesures pour protéger le droit à la vie privée des électeurs.

M. Mayrand a noté qu'il n'a pas encore été consulté par le gouvernement conservateur, qui travaille actuellement a élaborer un projet de loi destiné à prévenir de tels appels. Le DGE a indiqué qu'il était toujours disponible pour donner des conseils, et a pressé le gouvernement conservateur d'adopter les recommandations du rapport.

«Je crains que l'on revive les problèmes que nous avons connus pendant lors des dernières élections générales, qui ont davantage miné la confiance des électeurs, et engendré l'indifférence et le cynisme auprès des électeurs», a déclaré le DGE.

Le député conservateur Tim Uppal, ministre d'État pour la Réforme démocratique, indiquait mercredi qu'il se pencherait sur le rapport.

Mais qui est «Pierre Poutine»?

Le document du DGE n'a toutefois pas fait la lumière sur la véritable identité du mystérieux «Pierre Poutine», responsable d'une série d'appels trompeurs dans plusieurs circonscriptions du pays en 2011.

L'enquête d'Élections Canada s'est concentrée sur la circonscription de Guelph, dans le sud-ouest de l'Ontario, où plusieurs résidents s'étaient plaints d'avoir reçu des appels automatisés de quelqu'un disant être d'Élections Canada qui les dirigeait vers le mauvais bureau de scrutin ou vers un bureau qui n'existait tout simplement pas.

Les appels frauduleux semblaient se concentrer sur les électeurs qui n'appuyaient pas le Parti conservateur, mais la formation politique a nié toute implication et a dit appuyer l'enquête.

La porte-parole adjointe de l'opposition officielle en matière de réforme démocratique, la néo-démocrate Alexandrine Latendresse, a dénoncé jeudi ce qu'elle a qualifié de laxisme des conservateurs sur la question.

«Ils se traînent les pieds et se cachent derrière leur propre paperasse pour justifier leur inaction. Quand est-ce que les conservateurs vont arrêter de couvrir les arrières et s'attaquer pour vrai à la fraude électorale?», a demandé la députée de Louis-Saint-Laurent.