NOUVELLES

Desjardins tiendra un vote consultatif sur ses pratiques de rémunération

28/03/2013 03:21 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Pour la première fois de son histoire, le Mouvement Desjardins permettra aux délégués qui assisteront à son assemblée annuelle, la semaine prochaine, de voter sur son approche en matière de rémunération des cadres et des employés.

Desjardins adapte ainsi à sa réalité une pratique adoptée au cours des dernières années par les banques et d'autres entreprises cotées en Bourse. Les «votes consultatifs» de ces dernières, tenus auprès des actionnaires, ne portent toutefois que sur la rémunération de leurs hauts dirigeants.

En 2012, la rémunération totale de la grande patronne de Desjardins, Monique Leroux, a totalisé 3,34 millions $, en hausse de 8,4 pour cent par rapport aux 3,08 millions $ qu'elle avait touchés en 2011. De cette somme, un montant de 1,18 million $ correspond à la valeur acquise par son régime de retraite durant l'année.

Dans un communiqué publié jeudi, Desjardins a précisé que la rémunération de Mme Leroux correspondait à 98 pour cent de la médiane des groupes financiers coopératifs de même envergure et à 62 pour cent de la médiane du «marché financier canadien».

Desjardins a ajouté que la rémunération de la PDG représentait 38 fois celle de l'employé moyen de la coopérative, un ratio moins élevé que dans les banques canadiennes.

Banque Nationale

La rémunération de Monique Leroux demeure bien inférieure à celle de Louis Vachon, son homologue de la Banque Nationale (TSX:NA), une institution dont l'actif total est pourtant moindre que celui de Desjardins. En 2011-12, la rémunération totale de M. Vachon s'est élevée à 7,68 millions $, en baisse de 9,4 pour cent par rapport aux 8,47 millions $ qu'il avait reçus l'année précédente.

Plus tôt ce mois-ci, Yves Michaud, surnommé le «Robin des banques», a dénoncé la baisse des ristournes et l'augmentation de la rémunération des hauts dirigeants du Mouvement Desjardins.

PLUS:pc