MONTRÉAL - À un peu plus d'une semaine de son retour à l'animation à la télévision, Christiane Charette a dévoilé jeudi les contours de son émission «125, Marie-Anne».

Elle reprendra, chaque vendredi, pendant dix semaines, des éléments qui lui sont chers, comme le direct et les interactions entre les multiples invités autour de sa table.

Le «125, Marie-Anne» est un ancien garage, devenu atelier d'arts visuels, sur Le Plateau à Montréal, qui deviendra le studio de son émission. Le réalisateur Mario Rouleau a parlé de caméras «en mouvement et près des invités», avec «un petit côté voyeur».

Lors d'une rencontre avec la presse, jeudi, Christiane Charette a expliqué que l'émission «suivra l'actualité courante, sans être une émission d'actualités».

L'animatrice a dit vouloir aborder une multitude de sujets, disant se réjouir d'une formule longue de 90 minutes qui lui permettra d'établir une dynamique avec ses invités.

Les invités de la première émission du 5 avril n'ont pas été dévoilés, mise à part la présence du maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez.

Deux années s'étaient écoulées depuis la fin de son émission matinale à la radio de la Première Chaîne de Radio-Canada, en ondes de 2006 à 2011. L'animatrice a confié s'être tenue à l'écart pour des «raisons personnelles», évoquant des maladies ayant frappé des membres de sa famille.

À la fois animatrice et productrice, elle avait en outre été à la barre de «Christiane Charette en direct» à la télévision de Radio-Canada pendant neuf ans, émission pour laquelle elle a remporté 15 prix Gémeaux et trois Métrostar.

«J'adapte toujours un peu la même formule, que ce soit à la radio ou à la télévision, et je m'adapte avec l'équipe de recherche. Je suis très en fusion avec l'équipe», a expliqué Christiane Charette, disant s'être ennuyée en deux ans «de l'équipe, pas du micro».

Cette fois se retrouvent autour d'elle, Martine Marcoux, Martin Traversy — recherchiste notamment pour «Les Francs-Tireurs» — et Thomas Leblanc, chroniqueur et journaliste ayant déjà été rédacteur en chef du magazine Nightlife.

«On veut faire 'plateau'. Nos invités, on veut les garder pendant une heure et demie. S'il y en a un qui a un papier du médecin, on va peut-être lui permettre de s'évader», a lancé l'animatrice en riant.

Outre la table de bois autour de laquelle Christiane Charette recevait les journalistes, jeudi, un divan à proximité accueillera aussi les invités qui devront se tenir aux aguets.

Pas de chroniqueurs en vue, mais l'animatrice affirme qu'elle pourrait recevoir des journalistes ou «polémistes» pour animer son plateau.

Des prestations musicales devraient faire partie de l'émission à l'occasion.

En fait, la latitude semble grande pour l'animatrice très instinctive à un peu plus d'une semaine de la première.

«C'est une page blanche. (...) En 90 minutes, on veut expérimenter des choses, occuper l'espace», a-t-elle soutenu.

La direction de Télé-Québec a fait valoir qu'il s'agit pour la chaîne d'une rare émission originale pour la grille du printemps.

«125, Marie-Anne» se déclinera en dix semaines, pour l'instant, mais Télé-Québec garde la porte ouverte pour une autre saison avec Christiane Charette dépendant des budgets disponibles.