NOUVELLES

Weir souligne le 10e anniversaire de sa conquête du Tournoi des Maîtres

27/03/2013 05:57 EDT | Actualisé 27/05/2013 05:12 EDT

Lorsque Mike Weir a effectué son discours d'honneur après avoir remporté le Tournoi des Maîtres en 2003, il a déclaré qu'il espérait que sa victoire puisse inspirer de nombreux jeunes golfeurs canadiens.

Et ç'a marché.

Certes, il est impossible de déterminer combien de jeunes Canadiens ont décidé de s'adonner au golf après avoir vu Weir battre Len Mattiace en prolongation cette journée-là au Augusta National. Mais les retombées de la performance de Weir sont déjà perceptibles sur le circuit de la PGA.

Weir a déclaré qu'il trouvait «assez 'cool'» d'entendre que le Canadien Graham DeLaet ne prévoyait pas devenir un golfeur professionnel jusqu'à ce qu'il voit l'Ontarien remporter le Tournoi des Maîtres. Il a ajouté qu'il était très fier de voir que sa victoire avait inspiré une nouvelle génération de golfeurs dans son pays.

«Si ç'a inspiré Graham et quelques autres gars, alors c'est formidable», a dit Weir. «Ça en valait donc la peine.»

Weir, de Bright's Grove, en Ontario, est devenu le premier golfeur canadien à remporter un tournoi du Grand Chelem, et le premier golfeur gaucher à réaliser l'exploit au Tournoi des Maîtres. Il se souvient encore de cet accomplissement, tandis que le 10e anniversaire de sa victoire approche à grands pas.

Depuis ce temps, Weir s'est impliqué dans de nombreuses occasions d'affaires — dont la construction de parcours, sa ligne de vêtements et le vin. Il a également contribué à divers organismes de bienfaisance et a reçu l'Ordre du Canada.

Weir, qui a enlevé les honneurs de huit tournois chez les professionnels, est le golfeur canadien le plus victorieux de l'histoire. Il n'a toutefois pas triomphé depuis 2007, et des blessures ont torpillé sa carrière au cours des dernières années.

«Je me sens en santé, sauf pour quelques petites rechutes, a confié Weir. Mais j'ai encore l'impression que je peux offrir de bonnes performances. Ça fait partie de la vie. On vit des hauts et des bas, et c'en fait partie.

«Certes, c'est décevant de ne pas avoir pu (être en santé) dernièrement, mais j'ai apprécié d'autres aspects de ma vie au cours des dernières années.»

Weir soigne toujours une blessure aux côtes, mais prévoit néanmoins disputer le Tournoi des Maîtres à Augusta, du 11 au 14 avril.

PLUS:pc