NOUVELLES

Syrie: l'opposition "surprise" par le rejet d'une couverture antimissiles

27/03/2013 12:45 EDT | Actualisé 27/05/2013 05:12 EDT

Le président démissionnaire de la Coalition nationale de l'opposition syrienne, Ahmad Moaz Al-Khatib, s'est dit mercredi "surpris" par le refus des Etats-Unis d'étendre leur bouclier antimissiles aux bastions rebelles en Syrie.

"Il y a une volonté internationale pour que la révolution ne triomphe pas", a accusé M. Khatib lors de la cérémonie d'ouverture à Doha d'une "ambassade" de la Coalition nationale de l'opposition, la première dans le monde.

"Mais le peuple qui a défié l'injustice et la tyrannie va poursuivre son chemin" jusqu'à la victoire, a-t-il poursuivi en soulignant qu'il avait demandé un bouclier antimissiles pour protéger des civils, cibles d'attaques meurtrières de la part des troupes de Bachar al-Assad.

Mardi, en réponse à une demande de M. Khatib, la Maison Blanche a indiqué que l'Otan ne fournirait pas de batteries de missiles Patriot pour protéger les zones contrôlées par les rebelles en Syrie.

Ces batteries sont déployées en Turquie, le long de la frontière avec la Syrie, pour intercepter tout missile tiré depuis le côté syrien de la frontière.

"Pour l'instant, l'Otan n'a pas l'intention d'intervenir militairement en Syrie", a rappelé le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a confirmé mercredi à Bruxelles qu'il n'y avait pas de plan pour changer la couverture du dépliement des Patriot.

"Nous n'avons aucune intention offensive, notre objectif est d'assurer une protection effective du territoire et du peuple turcs", a-t-il déclaré.

M. Carnet a toutefois souligné que Washington ajustait en permanence sa position vis-à-vis du conflit en Syrie. Les Etats-Unis ont déjà dépensé des centaines de millions de dollars en aide humanitaire, mais ils se refusent à fournir une aide militaire létale aux rebelles.

wak/tm/fc

PLUS:afp