NOUVELLES

Pour Damas, la Ligue arabe ne peut plus participer à un règlement du conflit

27/03/2013 10:55 EDT | Actualisé 27/05/2013 05:12 EDT

Le gouvernement syrien a fustigé mercredi l'attitude de la Ligue arabe qui a accordé le siège de la Syrie à l'opposition, estimant que désormais cette organisation ne pouvait plus participer à un règlement du conflit.

"La décision prise mardi par la Ligue arabe lui interdit définitivement de jouer un rôle dans la solution de la crise en Syrie car elle est devenue une partie de la crise et non pas de sa solution", estime le gouvernement dans un communiqué.

A l'initiative du Qatar, le sommet de la Ligue arabe à Doha a accordé à l'opposition le siège de la Syrie, vacant depuis la suspension en novembre 2011 de ce pays en raison de la répression de la révolte. Son chef démissionnaire Ahmad Moaz al-Khatib a pris la parole devant le sommet au nom de la Syrie.

"Avec cette décision, ce sommet a encouragé la pratique de la violence, de l'extrêmisme et du terrorisme qui ne représente pas seulement un danger pour la Syrie mais aussi pour toute la nation arabe et le monde", ajoute le gouvernement qui qualifie rebelles et opposants de "terroristes".

Car "les pays, qui jouent avec le feu à travers l'armement, le financement, l'entraînement et l'hébèrgement des terroristes doivent savoir, qu'ils ne seront pas à l'écart de la propagation de l'incendie", selon lui.

Constituée à Doha en novembre 2012, la Coalition nationale syrienne de l'opposition a été reconnue par plus d'une dizaine de pays et d'organisations internationales comme "le représentant légitime du peuple syrien".

"Les agissements irresponsables de la Ligue arabe visant à donner le siège de la Syrie à une partie illégitime et à placer un drapeau autre que celui du drapeau national syrien, représentent un violation claire de sa Charte et de son règlement intérieur", a encore dit le gouvernement syrien.

rim-kam/sk/tp

PLUS:afp