NOUVELLES

Ottawa accueillera 1000 réfugiés de plus en provenance du Bhoutan sur 2 ans

27/03/2013 03:46 EDT | Actualisé 27/05/2013 05:12 EDT

OTTAWA - La Canada accueillera 1000 réfugiés de plus en provenance du Bhoutan, a annoncé mercredi le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney.

Ces futurs arrivants sont en fait des Népalais qui vivaient au Bhoutan, un royaume de l'Himalaya, mais qui avaient été renvoyés au Népal à la fin des années 1990, et qui vivaient depuis dans des camps de réfugiés.

Les Nations unies ont amorcé en 2007 des efforts pour leur trouver une nouvelle terre d'accueil, et le Canada est l'un des sept pays qui participent au programme.

Selon le ministère de l'Immigration, environ 5000 réfugiés du Bhoutan ont été accueillis au Canada jusqu'à maintenant.

Pour décider de qui pourra venir s'installer au pays, le gouvernement canadien tiendra compte des liens familiaux que les réfugiés ont au Canada, a indiqué le ministre Kenney.

Le Canada accepte actuellement environ 10 pour cent des réfugiés ciblés par des programmes de réinstallation des Nations unies. Ottawa a aussi promis d'augmenter de 20 pour cent le nombre de réfugiés accueillis annuellement d'ici la fin de cette année.

Des statistiques de l'an dernier montrent toutefois que le gouvernement n'atteint pas ses propres objectifs. Les données indiquent que le nombre de réfugiés accueillis au pays en 2012 avait chuté de 26 pour cent par rapport à 2011.

Le ministère attribue le déclin aux situations globales instables, notant qu'il a été forcé de fermer son bureau de visas à Damas, en Syrie, qui était responsable de traiter les demandes de statut de réfugié de milliers de demandeurs du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord.

Les conservateurs coupent aussi dans le nombre de réfugiés dont la réinstallation est prise en charge par le gouvernement, transférant la responsabilité à des organismes.

Ils ont également pratiqué des coupes importantes dans les soins de santé fournis aux demandeurs de statut de réfugié, mais ceux qui sont acceptés au Canada par l'entremise des Nations unies ne sont pas touchés par ces changements.

PLUS:pc