NOUVELLES

Nestlé doit faire plus en matière d'action sociale (vice-président)

27/03/2013 02:58 EDT | Actualisé 27/05/2013 05:12 EDT

Le vice-président de Nestlé, Nandu Nandkishore, en charge des régions Afrique, Asie et Océanie, a estimé que le premier groupe mondial de l'alimentaire devait développer encore davantage son action sociale, dans la foulée d'un rapport critique de l'ONG Oxfam.

Début mars, Oxfam a indiqué avoir mené une enquête dans quatre pays "où Mars, Mondelez et Nestlé s'approvisionnent en cacao" et constaté "que de nombreuses agricultrices" étaient "confrontées à des discriminations, des inégalités salariales et la faim". Cela montre "l'insuffisance des politiques sociales de ces entreprises", a ajouté l'ONG dans un communiqué.

"Là où nous pouvons faire évoluer les choses, c'est dans le développement des zones rurales, dans le secteur de la nutrition, et aussi dans celui de la gestion de l'eau, la problématique la plus aiguë s'agissant des ressources rares", a réagi mardi dans un entretien à l'AFP Nandu Nandkishore.

"Pouvons-nous faire plus dans ces domaines? Absolument", a-t-il dit.

Selon Oxfam, les groupes cités "contrôlent 40% du marché du chocolat et achètent un tiers du cacao mondial qui est principalement produit par de petits agriculteurs des pays en développement". Or, ces entreprises "ne font pas grand-chose pour améliorer les mauvaises conditions de travail".

"Nous soutiendrons les efforts d'Oxfam et des autres ONG pour progresser vers des modèles alimentaires durables, a assuré M. Nandkishore. Nous avons dans le monde plus de 600.000 agriculteurs qui fournissent notre matière première et travaillons à améliorer leur niveau de vie".

Ce responsable a effectué une visite au Maroc pour le 20e anniversaire de l'usine d'El Jadida, sur la côte atlantique, qui compte près de 450 employés au quotidien, soit la plus importante du groupe suisse au Maghreb.

Dans le royaume, Nestlé, qui contribue par ailleurs à des programmes éducatifs, collabore au total avec quelque 16.000 agriculteurs, pour une production d'environ 80 millions de litres de lait par an, contre 6,6 millions de litres il y a 20 ans, a-t-il noté.

Sur la stratégie de Nestlé, il a insisté sur l'importance du continent africain, où le groupe a investi 1,3 milliard de francs suisses (environ 1,1 md d'euros) ces cinq dernières années. Dans cette région, où "un milliard de consommateurs devrait sortir de la pauvreté durant la prochaine décennie", "nous nous attendons à d'importants taux de croissance".

Selon le rapport annuel du groupe, les ventes en Afrique ont augmenté de 13,5% en 2012, à 3,33 mds de francs suisses (2,7 mds EUR), soit sa deuxième zone de croissance après l'Asie.

sma/gk/tp

PLUS:afp