NOUVELLES

Massacre d'Aurora: le tueur plaiderait coupable pour éviter la peine de mort

27/03/2013 05:44 EDT | Actualisé 27/05/2013 05:12 EDT

Le tueur présumé de la fusillade d'Aurora, dans le Colorado, qui avait fait 12 morts en juillet dernier, pourrait plaider coupable pour échapper à la peine de mort, ont annoncé mercredi ses avocats, cités par des médias locaux.

James Holmes, 25 ans, doit comparaître lundi devant la justice. Lors de l'audience, l'accusation devra dire si elle compte réclamer la peine de mort pour l'accusé, qui avait fait irruption dans une salle de cinéma et ouvert le feu sur le public d'une séance de minuit du dernier "Batman".

"M. Holmes souhaite mettre fin à l'affaire, et donner une issue rapide et définitive à la procédure, pour toutes les personnes concernées", écrivent ses avocats dans des documents judiciaires transmis mercredi au tribunal, et publiés par le Denver Post.

"Il semble que le seul obstacle à la résolution de l'affaire soit (l'éventuelle) demande, de la part de l'accusation, de la peine de mort", ajoutent les avocats.

Ces derniers souhaiteraient obtenir pour leur client, en échange de sa déclaration de culpabilité, une peine de prison à vie sans possibilité de libération anticipée, et assurent que l'affaire pourrait être close la semaine prochaine si le bureau du procureur accepte la proposition, selon le Denver Post.

Contactés par l'AFP, les avocats de M. Holmes n'étaient pas joignables dans l'immédiat.

Mi-mars, les avocats de l'accusé avaient affirmé ne pas être en mesure de plaider coupable ou non coupable, en raison de l'état mental de leur client. Mais le juge avait refusé d'attendre davantage et avait fixé le procès au 5 août.

James Holmes est poursuivi pour 166 chefs d'accusation, parmi lesquels douze meurtres avec préméditation et des dizaines de tentatives de meurtre avec préméditation pour tous les blessés. Il est également poursuivi pour détention d'explosifs et d'engins inflammables.

Le massacre d'Aurora avait ravivé le débat sur la réglementation du port d'armes aux Etats-Unis, actuellement en débat au Congrès après une autre fusillade survenue le 14 décembre dans une école élémentaire de Newtown (Connecticut, nord-est), où 20 enfants avaient trouvé la mort.

rr/mdm

PLUS:afp