NOUVELLES

Le directeur exécutif de Bank of Cyprus limogé à la demande de la troïka

27/03/2013 06:41 EDT | Actualisé 27/05/2013 05:12 EDT

Le directeur exécutif de la Bank of Cyprus, la principale banque de Chypre visée par une restructuration dans le cadre de l'accord sur un plan de sauvetage international, a été limogé à la demande de la troïka, a annoncé mercredi l'agence de presse chypriote CNA.

Yiannis Kypri a été renvoyé sur instruction de la troïka des bailleurs de fonds internationaux, qui comprend l'Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international, a rapporté CNA.

Dans le cadre de la loi organisant la restructuration du secteur bancaire chypriote, la Bank of Cyprus va être être dotée d'un nouvelle gouvernance avant d'absorber la partie saine des activités bancaires de Laïki, l'autre banque majeure du pays, en cours de liquidation, selon CNA.

Le gouverneur de la Banque centrale, Panicos Demetriades, qui a renvoyé M. Kypri, a précisé, devant des journalistes, que les titulaires de comptes supérieurs à 100.000 euros, cibles d'une ponction estimée à 40%, deviendraient en échange actionnaires de la banque.

"Nous essayons de sauver Bank of Cyprus et de la recapitaliser pour la rendre plus forte qu'avant car elle se trouvait dans une situation délicate", a-t-il déclaré. Ces "déposants seront les actionnaires, pour les inciter à assurer un avenir positif" pour la banque, a ajouté M. Demetriades.

Mardi, le directeur exécutif était intervenu devant des centaines d'employés de la Bank of Cyprus, rassemblés pour demander des explications sur la nomination d'un administrateur.

Le conseil d'administration de la Bank of Cyprus, a rejeté mardi la démission de son président, Andreas Artemis, et de quatre autres administrateurs, qui avaient également voulu protester contre la nomination d'un administrateur chargé de mener une restructuration drastique du groupe.

En contrepartie d'un prêt de 10 milliards de dollars, au sujet duquel Chypre et l'Eurogroupe sont arrivés à un accord lundi à Bruxelles, Nicosie s'est engagée à restructurer son secteur bancaire surdimensionné, et ponctionner une part importante des dépôts de plus de 100.000 euros.

Pour éviter un exode massif de fonds, toutes les banques sur l'île sont fermées depuis le 16 mars, mais selon CNA, des mesures visant à contrôler les mouvements de capitaux devraient être annoncées dans la journée, afin de permettre aux banques de rouvrir jeudi comme prévu.

Dans un entretien au Financial Times, le ministre chypriote des Finances Michalis Sarris a souligné que ces contrôle seront mis en place pour une première période de sept jours, suivie d'une évaluation, et que certaines banques pourraient en être exemptées.

"Nous essayons de mettre en place un ensemble raisonnable de mesures qui soient assez flexible pour permettre à l'économie de fonctionner", a déclaré M. Sarris.

Il a précisé que des banques étrangères n'ayant pas de problèmes de liquidités et accueillant des fonds "en transit" venus de l'étranger et repartant hors du pays pour effectuer des paiements ou d'autres opérations courantes, pourraient être exemptées.

Pour ces banques, "cela a moins de sens d'avoir un contrôle strict et détaillé des capitaux", a-t-il déclaré, ajoutant "si vous bloquez celles-ci, alors vous tuez complètement cette activité".

cc-dk/cnp/sw

PLUS:afp