NOUVELLES

Assad demande l'aide du Brics pour "arrêter la violence" dans son pays

27/03/2013 06:24 EDT | Actualisé 27/05/2013 05:12 EDT

Le président syrien Bachar al-Assad a demandé au sommet du Brics réuni à Durban, en Afrique du sud, d'agir pour "arrêter la violence" dans son pays et mettre un terme à la "souffrance" de son peuple causée par les sanctions internationales.

"J'appelle les leaders du Brics à travailler ensemble pour arrêter immédiatement la violence en Syrie afin de garantir le succès de la solution politique. Cela nécessite une volonté internationale claire d'assècher les sources du terrorisme, l'arrêt de son financement et de son armement", écrit-il dans sa lettre envoyée mercredi à son homologue sud-africain Jacob Zuma, qui préside le sommet.

"Vous qui cherchez à apporter la paix, la sécurité et la justice dans le monde troublé d'aujourd'hui, mettez tous vos efforts pour faire cesser la souffrance du peuple syrien, causée par le sanctions économiques injustes, contraires aux lois internationales et qui affectent directement la vie et les besoins quotidiens de nos citoyens", ajoute-t-il selon le texte publié par l'agence officielle Sana.

Le groupe des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) réunit les pays émergents et ceux-ci s'étaient tous abstenus lors du vote de la résolution du Conseil de sécurité sur l'intervention en Libye.

"Je vous exprime l'aspiration du peuple syrien à travailler avec les pays du Brics comme une force juste qui essaie d'apporter la paix, la sécurité et la coopération entre les pays, loin de l'hégémonie et de l'injustice imposées à nos peuples et à nos nations depuis des décennies", ajoute Bachar al-Assad.

"Vous êtes un espoir pour les peuples opprimés qui souffrent des interventions extérieures contre les intérêts de ces peuples", dit-il encore à propos des sanctions et de l'aide apportée à la rébellion par les Etats-Unis et les pays occidentaux.

Les accrochages se poursuivaient entre-temps en Syrie. L'aviation à bombardé Erbine, dans la province de Damas et le quartier de Qaboun, dans le nord-est de la capitale, alors que les rebelles ont pris trois petites positions de l'armée à Quneitra, sur la plateau du Golan, non occupé par Israël, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH)

La violence a fait mardi 127 morts, dont 47 civils, 55 rebelles et 25 soldats, selon l'OSDH.

rim/sk/hj

PLUS:afp