NOUVELLES

USA: la Cour suprême entame un débat historique sur le mariage gay

26/03/2013 10:18 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

Face à des centaines de manifestants, la Cour suprême américaine a entamé mardi son débat historique sur la question ultra-sensible du mariage homosexuel, dans un pays où les quatre cinquièmes des Etats l'interdisent mais où l'opinion publique lui accorde ses faveurs.

Plusieurs centaines de partisans du mariage gay ou défenseurs du mariage traditionnel ont bravé le froid tôt mardi pour se rassembler au coeur de Washington, devant l'imposant bâtiment de la Cour, où se tiennent les débats mardi et mercredi.

Certains avaient même campé devant la plus haute instance juridique du pays malgré la neige.

Les deux rassemblements, séparés en début de matinée, devaient se rejoindre devant les marches --les pro mariage gay vêtus de rouge comme l'avaient demandé les organisateurs de la manifestation, et les anti arborant les couleurs du drapeau américain ou tirant souvent des poussettes.

Rob Reiner, détenteur du premier ticket d'entrée à la Cour, s'est dit "confiant". "Nous avons l'impression que l'égalité devant le mariage n'est plus la question, maintenant il s'agit de savoir quand" elle aura lieu.

A l'inverse pour Wendy Wagner, une mère de quatre enfants venue de Leesburg en Virginie (est), "la famille est le socle de la société".

Pour cette audience de deux jours, attendue dans l'effervescence, les neuf "sages" ont commencé par examiner mardi l'interdiction du mariage des couples de même sexe en Californie. Ils se pencheront mercredi sur la loi fédérale de Défense du mariage, qui empêche les homosexuels, légalement mariés dans les neuf Etats qui l'autorisent, d'être reconnus comme tels au niveau fédéral.

Quand elle rendra sa décision fin juin, la Cour suprême jouera probablement la prudence, en choisissant une option intermédiaire, plutôt que de légaliser immédiatement le mariage gay dans tout le pays, prédisent les experts.

De l'avis des analystes, c'est le dossier californien qui ouvre le plus de perspectives pour la cause homosexuelle et permet, le cas échéant, la légalisation du mariage gay au niveau national.

Dans cet Etat de l'Ouest, où le mariage de même sexe a été brièvement reconnu, les gays et les lesbiennes ne peuvent désormais plus se lier que par un pacte civil, bénéficiant à ce titre des mêmes droits que les couples mariés.

Mais le mariage leur est interdit par un amendement à la constitution californienne, la "proposition 8", validée par référendum, qui stipule que le mariage est réservé à "un homme et une femme".

Huit autres Etats ont voté une union civile pour les couples homosexuels mais leur interdisent le mariage.

Arguant d'une "discrimination sur la base de l'orientation sexuelle", l'administration Obama réclame que le mariage gay soit légal dans ces Etats.

"Chaque Américain doit pouvoir épouser la personne qu'il aime", avait tweeté lundi Barack Obama, qui interviendra, par la voix de son avocat Donald Verrilli, en tant qu'"ami" de deux couples homosexuels.

De leur côté, les défenseurs de "Prop 8" et du mariage traditionnel, estiment qu'une décision de cette envergure doit être prise par le Congrès, car une procédure parlementaire a "plus de chances d'être reconnue comme légitime", selon leur avocat Charles Cooper.

Ils semblent s'adresser au juge conservateur Anthony Kennedy, dont le vote sera crucial. Le juge Kennedy a souvent défendu les droits des homosexuels à la Cour suprême mais a récemment déclaré "qu'une démocratie ne devrait pas dépendre de neuf juges non élus pour ses décisions majeures".

Dans la Cour à majorité conservatrice, le vote du président, John Roberts, nommé par George W. Bush, sera également déterminant.

Quand 58% des Américains penchent pour le mariage gay, "je ne pense pas que la Cour voudra être du mauvais côté de l'Histoire", a déclaré à l'AFP l'avocate Elizabeth Wydra, du Centre pour le respect de la Constitution.

chv/sam/are

PLUS:afp