NOUVELLES

Pas de missiles Patriot en Syrie pour protéger les rebelles, dit Washington

26/03/2013 02:36 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

La Maison Blanche a indiqué mardi que l'Otan ne fournirait pas de batteries de missiles Patriot pour protéger les bastions rebelles en Syrie, après une demande du chef démissionnaire de l'opposition Ahmed Moaz al-Khatib.

Ce dernier avait sollicité depuis le sommet de la Ligue arabe à Doha une extension du bouclier antimissiles. Il existe déjà un "parapluie antimissiles" côté turc, le long de la frontière avec la Syrie: des missiles Patriot sont en place dans cette région pour intercepter tout missile qui serait tiré depuis l'autre côté de la frontière.

"Nous sommes au courant de cette demande", a répondu le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney. "Pour l'instant, l'Otan n'a pas l'intention d'intervenir militairement en Syrie".

"Or je pense que des batteries de missiles Patriot constitueraient une aide militaire", a ajouté M. Carney, précisant que les batteries antimissiles positionnées côté turc ne sont que des instruments d'auto-défense.

Le porte-parole de la Maison Blanche a toutefois souligné que Washington ajustait en permanence sa position vis-à-vis du conflit en Syrie. Les Etats-Unis ont déjà dépensé des centaines de millions de dollars en aide humanitaire, mais ils se refusent à fournir une aide militaire létale.

Ahmed Moaz al-Khatib a déclaré à Doha qu'il avait demandé au secrétaire d'Etat américain John Kerry de déployer des batteries de missiles Patriot au nord de la Syrie. Selon lui, M. Kerry a promis "d'étudier la question".

"Nous attendons toujours la réponse de l'Otan sur ce sujet", a encore dit M. al-Khatib.

col/bdx/sam

PLUS:afp