NOUVELLES

Palestiniens: le sommet arabe va créer un fonds Al-Qods de 1 md USD

26/03/2013 04:46 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

Les chefs d'Etats arabes réunis mardi à Doha ont décidé de créer un fonds pour Jérusalem d'un milliard de dollars dont le quart serait à la charge du Qatar, riche Etat gazier.

Dans une résolution finale, ils ont adopté la proposition du Qatar, dont l'émir Hamad Ben Khalifa Al-Thani avait annoncé lors du sommet son souhait "d'un fonds d'un milliard de dollars pour défendre Al-Qods (Jérusalem) avec une contribution de 250 millions du Qatar".

Selon lui, ce fonds serait géré par la Banque islamique de développement relevant de l'Organisation de la Coopération islamique (OCI), basée en Arabie saoudite.

Cheikh Hamad, à la tête d'un richissime émirat gazier, avait promis des investissements de 400 millions de dollars pour la reconstruction de la bande de Gaza lors d'une visite sans précédent en octobre 2012 dans ce territoire contrôlé depuis 2007 par le mouvement islamiste palestinien Hamas.

"Israël doit comprendre que la force ne fera pas la paix et que seule la paix assurera la sécurité de tous", a ajouté l'émir.

Le sommet arabe a en outre adopté une autre proposition du Qatar de tenir au Caire un mini-sommet arabe pour sceller la réconciliation interpalestinienne entre le Fatah du président Mahmoud Abbas et le Hamas.

Dans un discours au sommet arabe, M. Abbas a salué les deux initiatives.

"Nous accueillons la proposition de l'émir du Qatar d'un mini-sommet consacré à la réconciliation" au Caire, a déclaré le président palestinien, tout en rappelant l'accord signé il y a plus d'un an sur la formation d'un gouvernement de transition.

A Gaza, territoire qu'il dirige depuis 2007, le Hamas s'est félicité de l'invitation de l'émir du Qatar pour un mini-sommet. "Cette position est cohérente avec le soutien arabe et islamique afin de renforcer les efforts égyptiens pour parvenir à la réconciliation", a déclaré son porte-parole.

Ce dernier, Sami Abou Zouhri, s'est également "vivement" réjoui de la création d'un fonds pour Jérusalem et a appelé à sa mise en oeuvre le plus rapidement possible.

M. Abbas et le chef en exil du Hamas Khaled Mechaal avaient signé en février 2012 à Doha une déclaration les engageant à appliquer un accord de réconciliation nationale, dont la plupart des clauses sont restées lettre morte et les échéances constamment repoussées.

Cet accord prévoit de confier à M. Abbas la direction d'un gouvernement d'indépendants chargé d'organiser des élections. Les Territoires palestiniens sont divisés en deux depuis juin 2007, lorsque les islamistes du Hamas ont chassé leurs rivaux nationalistes du Fatah du pouvoir.

bur/tm-agr/fc/tp

PLUS:afp