NOUVELLES

Ntaganda plaide non coupable devant la Cour pénale internationale

26/03/2013 08:44 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

LA HAYE, Pays-Bas - Un seigneur de guerre rwandais surnommé le «Terminator» a plaidé non coupable, mardi, aux accusations de meurtre, de viol, de pillage et de recours à des enfants soldats qui pèsent contre lui devant la Cour pénale internationale.

Bosco Ntaganda comptait parmi les suspects que la CPI recherchait depuis le plus longtemps quand il s'est soudainement rendu à l'ambassade américaine de Kigali, au Rwanda, la semaine dernière. Il a ensuite été envoyé à La Haye, aux Pays-Bas.

Ntaganda est soupçonné d'avoir dirigé les rebelles qui ont terrorisé l'Est du Congo en 2002 et 2003.

Il a semblé nerveux lors de sa comparution, alors qu'il suivait le déroulement de l'audience par le biais d'un interprète. Il s'est déclaré non coupable des accusations contre lui, mais la juge Ekatarina Trendafilova l'a interrompu en lui expliquant qu'il n'avait pas à enregistrer de plaidoyer à ce moment.

Une nouvelle audience débutera le 23 septembre pour évaluer les preuves dans cette affaire et déterminer si un procès doit avoir lieu.

Les rebelles des Forces patriotiques pour la libération du Congo sont accusés d'avoir encerclé et bombardé des villages avant de massacrer les survivants avec des armes, des machettes, des couteaux et des lances. Les femmes auraient été violées ou kidnappées pour être transformées en esclaves sexuelles.

L'ancien leader des rebelles, Thomas Lubanga, est devenu l'an dernier le premier individu condamné par la CPI depuis sa création il y a dix ans. Il a écopé d'une peine de 14 ans de prison pour avoir eu recours à des enfants-soldats.

Le groupe de défense des droits de la personne Human Rights Watch a applaudi la comparution de Ntaganda mais a demandé à la CPI de poursuivre également les dirigeants congolais qui se cachent derrière des seigneurs de guerre comme Ntaganda.

PLUS:pc