NOUVELLES

Maroc: déficit prévu à 5,5% fin 2013, au-delà de l'engagement gouvernemental (Banque centrale)

26/03/2013 04:21 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

Le gouverneur de Bank al-Maghrib (Banque centrale), Abdelattif Jouahri, a indiqué mardi que le déficit public du Maroc, qui a dérapé à plus de 7% l'an dernier, devrait avoisiner 5,5% du PIB fin 2013, soit au-delà de l'engagement pris par le gouvernement de le ramener à 4,8%.

Début février, le ministre de l'Economie Nizar Baraka avait annoncé un dérapage du déficit en 2012 à 7,1%, contre 6,2% un an plus tôt, tout en réaffirmant l'engagement de réduction à 4,8% dès 2013.

Mais "nous estimons que ce chiffre de 4,8% sera dépassé pour se situer autour de 5,5%", a affirmé à la presse Abdelattif Jouahri.

Reste en outre "à voir si des mesures correctives seront prises par le gouvernement", a-t-il ajouté, insistant sur la nécessité de tenir l'engagement d'un retour à 3% du PIB à l'horizon 2016.

L'agence de notation Moody's avait abaissé la perspective de la note souveraine (Ba1) du royaume, de "stable" à "négative", dans la foulée de l'annonce faite début février par le ministre de l'Economie.

Devant la presse, M. Jouahri a rappelé le poids considérable de la caisse de compensation dans le creusement du déficit: en 2012, le coût de cette caisse subventionnant des produits de grande consommation a explosé, à 54 milliards de dirhams (cinq milliards d'euros), soit 20% du budget de l'Etat.

Le gouvernement islamiste, déjà contraint d'augmenter sensiblement les prix de l'essence en juin dernier, s'est engagé à la réformer sous un bref délai.

Abdelattif Jouahri s'est en revanche montré optimiste s'agissant du taux de croissance. Tiré par une excellente récolte céréalière --à la faveur de pluies hivernales conséquentes--, il devrait s'établir "autour de 5%", a-t-il dit.

Jusque-là, Bank al-Maghrib tablait sur une croissance "comprise entre 4 et 5%" pour 2013.

Compte tenu de la conjoncture nationale et internationale, l'institution a par ailleurs annoncé le maintien de son taux directeur à 3%.

gk/pre

PLUS:afp