NOUVELLES

L'opposition syrienne occupe le siège de la Syrie au sommet arabe

26/03/2013 04:58 EDT | Actualisé 25/05/2013 05:12 EDT

L'opposition syrienne a occupé le siège de la Syrie à l'ouverture du sommet arabe mardi à Doha, où le drapeau de la révolution syrienne a remplacé celui du régime de Damas.

L'émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani, a convié le chef de la Coalition nationale syrienne, Ahmad Moaz Al-Khatib, et le Premier ministre intérimaire Ghassan Hitto à siéger aux côtés des chefs d'Etat arabes, ce qu'ils ont fait sous les applaudissements.

Dans son discours, l'émir a appelé à "une solution politique en Syrie, à condition qu'elle n'implique pas un retour en arrière", excluant ainsi le maintien du régime de Bachar al-Assad.

Il a demandé au Conseil de sécurité de l'ONU "d'adopter une résolution stipulant l'arrêt immédiat de l'effusion de sang en Syrie".

L'émir, dont le pays est l'un des principaux bailleurs de fonds de l'opposition syrienne, a justifié l'octroi du siège de la Syrie à la Coalition nationale par "la légitimité dont elle jouit en Syrie et du soutien dont elle bénéficie à l'extérieur".

Le siège de la Syrie était vacant depuis la suspension en novembre 2011 du régime du président Assad.

La Coalition nationale a été reconnue comme la représentante légitime du peuple syrien par des dizaines de pays et d'organisations internationales.

Dans son discours, le représentant de l'Irak, qui avait exprimé comme l'Algérie des réserves sur l'attribution du siège de la Syrie à l'opposition, a déclaré que son pays "respecte les régimes en place dans chaque pays arabe".

Le vice-président irakien, Khodeir al Khouzaï, a prôné "un règlement politique de la crise syrienne (...) à condition que ce règlement soit l'oeuvre des Syriens eux-mêmes".

Le sommet s'est ouvert avec la participation de plusieurs dirigeants des 22 membres de la Ligue arabe mais en l'absence notamment du roi Abdallah d'Arabie saoudite, l'un des principaux parrains de l'opposition syrienne. Le souverain saoudien y est représenté par son prince héritier Salmane Ben Abdel Aziz.

bur/at/hj

PLUS:afp