NOUVELLES

L'OLP salue l'appel de l'ONU à cesser la colonisation, critique Washington

26/03/2013 11:23 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

L'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a salué mardi l'appel d'une mission d'experts de l'ONU à l'arrêt immédiat de la colonisation israélienne, mais a dénoncé la position américaine sur les "violations" commises par Israël.

"Au nom du peuple et de la direction palestiniens, je voudrais exprimer ma gratitude" au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, a affirmé Mme Hanane Ashrawi, membre du Comité exécutif de l'OLP, qui chapeaute l'Autorité palestinienne.

"Nous apprécions votre soutien et votre courage dans la défense de vos convictions", a-t-elle écrit dans un communiqué.

Le 18 mars à Genève, des experts mandatés par le Conseil des droits de l'Homme ont présenté aux diplomates un compte-rendu de leur mission en demandant l'arrêt immédiat de la colonisation dans les territoires palestiniens occupés, le retrait progressif des colons et la "fin des violations issues de la colonisation".

Exceptés les Etats-Unis pour qui le Conseil "se concentre de manière excessive sur Israël", tous les autres pays ayant pris la parole à la réunion ont dénoncé les colonies israéliennes.

"Les Etats-Unis ont encore une fois démontré un total mépris des droits palestiniens et des exigences de la paix", a déploré M. Ashrawi, alors que le président américain Barack Obama a achevé la semaine dernière sa première visite présidentielle dans la région.

En revanche, le Conseil des organisations palestiniennes pour la défense des droits de l'Homme (PRHOC) a exprimé dans un communiqué sa "déception" que le Conseil des droits de l'Homme "n'ait donné aucune indication claire sur la façon de mettre en oeuvre ces recommandations". Le PRHOC a regretté "l'inaction permanente" de la communauté internationale "face à la poursuite des violations du droit international par Israël".

La mission avait fait part de ses recommandations dans un rapport publié le 31 janvier comparant la colonisation à un "système de ségrégation totale" et évoquant un éventuel recours devant la Cour pénale internationale (CPI).

Le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahu formé il y a une dizaine de jours a annoncé qu'il entendait "renforcer la colonisation" en Cisjordanie.

En dépit des demandes de coopération auprès d'Israël, la mission n'a obtenu aucune réponse de ce pays qui boycotte depuis 2012 le Conseil des droits de l'Homme.

jad-agr/tp

PLUS:afp