NOUVELLES

Les pays arabes ont "le droit" d'armer l'opposition syrienne (sommet de Doha)

26/03/2013 01:39 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

La Ligue arabe a affirmé "le droit" de chacun de ses Etats membres d'apporter une aide militaire à la rébellion syrienne en guerre contre le régime de Bachar al-Assad, au terme de son sommet annuel mardi à Doha.

Dans son communiqué final rendu public en soirée, les participants à ce sommet d'un jour soulignent "l'importance des efforts déployés en vue d'un règlement politique qui constitue une priorité".

Mais ils ajoutent que "chaque Etat membre a le droit d'apporter, selon sa volonté, tous les moyens d'autodéfense, y compris militaire, pour soutenir la résistance du peuple syrien et de l'Armée syrienne libre (ALS)", la principale composante de la rébellion.

L'Irak et l'Algérie ont émis des réserves alors que le Liban s'est distancié de la résolution du sommet sur la conflit syrien.

Le chef démissionnaire de la Coalition nationale syrienne, Ahmad Moaz Al-Khatib, et le "Premier ministre" intérimaire Ghassan Hitto ont participé au sommet de Doha, où ils ont occupé le siège revenant à la Syrie et resté vacant depuis novembre 2011 après la suspension du régime de Bachar al-Assad.

Les participants au sommet ont confirmé dans leur résolution "l'octroi à la Coalition nationale de l'opposition syrienne le siège de la République arabe de Syrie à la Ligue arabe, dans ses organisations et conseils spécialisés jusqu'à l'organisation d'élections et la formation d'un gouvernement" dans ce pays.

Ils ont affirmé que cette Coalition était "le représentant légitime et unique du peuple syrien et l'interlocuteur principal de la Ligue arabe", et invité les organisations régionales et internationales à reconnaître la Coalition comme "le représentant légitime" des Syriens.

Le sommet a en outre appelé à la tenue d'une conférence internationale sur la reconstruction de la Syrie, à convoquer "dans le cadre des Nations unies" à une date à convenir ultérieurement, selon la déclaration finale.

Les participants ont également approuvé la tenue au Caire, à une date non déterminée, d'un mini-sommet consacré à la réconciliation inter-palestinienne et la création d'un fonds Al-Qods (Jérusalem) doté d'un milliard de dollars, sur une proposition du Qatar.

Pour tenter de relancer le processus de paix israélo-palestinien, dans l'impasse depuis plus de deux ans, le sommet a décidé de dépêcher fin avril aux Etats-Unis une délégation ministérielle, présidée par le Qatar, pour "des consultations avec l'administration américaine".

Le prochain sommet annuel de la Ligue arabe se tiendra au Koweït.

bur-wak/tm/tp

PLUS:afp