NOUVELLES

"Les femmes en lutte" au premier jour du Forum social mondial à Tunis

26/03/2013 06:01 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

Le Forum social mondial (FSM) aborde mardi, au premier jour de cette édition 2013 à Tunis, la condition des femmes, en particulier dans le monde arabe après les révolutions qui ont transformé la région depuis deux ans.

Cette "assemblée des femmes" vise à exprimer un "rejet du capitalisme sauvage et de tout modèle de développement qui chosifie, marginalise, violente" les femmes, selon un communiqué du FSM.

Les participants veulent exprimer leur "solidarité avec les femmes tunisiennes et avec toutes les femmes de la région arabe en lutte pour que le processus révolutionnaire en cours soit celui des droits et des libertés et de la distribution juste des richesses.

Plus de deux ans après la révolution tunisienne à l'origine du printemps arabe, de nombreuses organisations de la société civile craignent que les islamistes d'Ennahda à la tête le gouvernement tunisien s'attaquent aux acquis des femmes en Tunisie.

Les Tunisiennes bénéficient de larges droits énumérés dans le Code de statut personnel promulgué en 1956 pour instaurer l'égalité des sexes dans certains domaines, une situation unique dans le monde arabe. Elles restent cependant discriminées dans plusieurs cas, en particulier en matière d'héritage.

Le rôle des femmes sera au coeur de dizaines d'ateliers du FSM qui se tient à Tunis du 26 au 30 mars. Ils toucheront non seulement aux questions économiques et politiques mais aussi à des thèmes très sensibles dans le monde musulman comme la sexualité.

Quelque 30.000 personnes et 4.500 organisations sont attendues pour cette édition 2013 du FSM, qui se veut le pendant du Forum de Davos, la réunion annuelle du gratin économique et politique mondial.

L'ouverture du Forum social mondial de Tunis sera marquée par une vaste manifestation à travers le centre-ville à partir de 15H00 GMT mardi.

alf/sw

PLUS:afp