NOUVELLES

Le trafic illégal menace la survie des grands singes, prévient l'ONU

26/03/2013 08:10 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

BANGKOK - Le trafic illégal des espèces animales menace la survie des grands singes, prévient un nouveau rapport des Nations Unies.

Les bonobos, chimpanzés, gorilles et orang-outans disparaissent en nombres effarants, alors que des propriétaires privés sont prêts à payer une fortune pour des animaux exotiques et que des jardins zoologiques, des parcs d'attractions et des cirques peu scrupuleux réclament des primates pour amuser les foules.

Plus de 22 000 grands singes auraient fait l'objet d'un trafic illégal pendant la période de sept ans qui s'est terminée en 2011. Cela représente environ 3000 animaux par année, dont plus de la moitié étaient des chimpanzés, explique le rapport de l'ONU.

Le document ajoute que les singes sont capturés dans leur environnement naturel, dans le centre et l'ouest de l'Afrique, par des braconniers qui les expédient ensuite vers l'Asie et le Moyen-Orient.

Dans des pays comme l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Liban, les grands singes sont achetés et présentés dans des jardins privés. En Asie, les animaux sont typiquement destinés aux jardins zoologiques publics et aux parcs d'attractions. Les gorilles et les chimpanzés aboutissent fréquemment en Chine, tandis que les orang-outans sont parfois contraints de participer à des matchs de «boxe» au Cambodge et en Thaïlande.

Le manque de ressources et la corruption facilitent le trafic des animaux dans des villes africaines comme Nairobi, au Kenya, et Khartoum, au Soudan. La capitale thaïlandaise, Bangkok, est au coeur même du trafic d'orang-outans. On recense seulement 27 arrestations en Afrique et en Asie entre 2005 et 2011.

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction interdit le commerce des grands singes capturés dans la nature, mais les traficants contournent cette mesure en affirmant qu'il s'agit d'animaux élevés en captivité.

PLUS:pc