NOUVELLES

Italie: la récession fait peser un "risque" sur le système bancaire (FMI)

26/03/2013 01:22 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

Le système bancaire en Italie a montré de "remarquables signes" de résistance mais reste sous la menace de la récession dans le pays et d'une aggravation de la crise de la dette, a estimé le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport publié mardi.

"Même s'il est stable, le système financier italien n'est pas à l'abri des risques: la faiblesse prolongée de l'économie réelle et le lien entre les secteur financier et la dette (de l'Italie) restent les principaux risques", écrit le FMI dans un court communiqué résumant son évaluation du secteur financier du pays.

Sur les trois derniers mois de l'année 2012, la troisième économie de la zone euro a vu son produit intérieur brut (PIB) se contracter pour le sixième trimestre consécutif, à l'heure où le pays reste plongé dans l'incertitude politique depuis les élections législatives de la fin février.

"La récession se traduit par une faible rentabilité des banques et une dégradation de la qualité des prêts", a indiqué le Fonds, ajoutant que les menaces les plus fortes pèsent sur les banques détenant une grande quantité de titres de dette italienne.

Ces établissements "restent exposés à des pertes et à des coûts de financement plus élevés si le rendement des obligations du Trésor italien augmentait de manière importante" en cas de nouveaux doutes sur la solvabilité du pays, précise l'institution de Washington.

"Même si les rendements des titres de dette italienne sont redescendus de leur sommet, la crise en Europe n'est pas terminée", souligne le FMI, qui s'est toujours montré très prudent sur l'actuelle période d'instabilité politique en Italie.

Le lobby bancaire international de l'IIF s'est, lui, récemment inquiété de "l'incertitude" que la situation italienne faisait planer sur l'ensemble de la zone euro.

Le FMI assure que le secteur financier transalpin a pour le moment réussi à "dépasser" les répercussions de la crise en Europe, et a fait preuve d'une "résistance remarquable".

Citant le résultat préliminaire de tests de résistance, le Fonds assure que les banques italiennes devraient être en mesure de "supporter" un puissant choc économique et une longue période de faible croissance.

"A l'heure actuelle, le secteur bancaire italien semble bien capitalisé", estime le FMI, qui salue également la "solidité" du mécanisme de supervision bancaire dans le pays.

Selon le Fonds, Rome dispose également d'un cadre "efficace" de gestion des crises et de démantèlement ordonné des banques.

Dans ce bref communiqué, le Fonds ne fait toutefois aucune mention du scandale ayant récemment ébranlé la Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS), la plus vieille banque du monde, qui a essuyé environ 700 millions d'euros de pertes dans des opérations liées à des produits dérivés.

jt/sl/are

PLUS:afp