NOUVELLES

Dessau « ignorait tout » des paiements faits à Bermax

26/03/2013 08:58 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

La direction de Dessau, incluant son président Jean-Pierre Sauriol, soutient qu'elle ignorait tout des honoraires qu'elle a versés à l'entreprise Bermax, dirigée par l'ex-argentier d'Union Montréal, Bernard Trépanier.

La commission Charbonneau a révélé mardi que la firme de génie-conseil a versé 900 000 $ à Bernard Trépanier ou à sa compagnie entre 2002 et 2010. Elle avait exigé que Rosaire Sauriol, numéro 2 de la firme, lui remette ces informations.

En contre-interrogatoire, la semaine dernière, Rosaire Sauriol a révélé que Dessau avait fait des paiements d'environ 5000 $ à 10 000 $ par année à Bermax, et ce, de 2001 ou 2002 à 2008.

Les chiffres fournis à Dessau par la commission montrent plutôt que Dessau a versé plus de 900 000 $ à Bernard Trépanier à compter de 2002.

« La direction de Dessau, incluant son président et chef de la direction, M. Jean-Pierre Sauriol, a pris connaissance de l'existence de ces paiements lors du témoignage de M. Rosaire Sauriol à la commission Charbonneau, le jeudi 21 mars dernier », a fait savoir la firme par voie de communiqué, en début de soirée, mardi.

« Elle a pris connaissance de l'ampleur des paiements en faisant les recherches demandées par la Commission, le vendredi 22 mars. Les documents ont été remis à la Commission, tel qu'elle l'avait demandé, le lundi 25 mars », peut-on lire dans le communiqué.

L'ex-argentier d'Union Montréal a affirmé mardi qu'il a été payé de la sorte par Dessau parce qu'il connaissait un intermédiaire qui pouvait aider la firme à obtenir des contrats auprès d'Aéroports de Montréal.

Michel Lalonde, PDG de Génius, avait également évoqué Bermax lors de son témoignage. Il avait expliqué qu'il l'avait utilisée pour verser la ristourne de 3 % qu'exigeait Bernard Trépanier dans le cadre du système de collusion des firmes de génie-conseil à Montréal.

Dessau a annoncé lundi que Rosaire Sauriol a démissionné de son poste de vice-président principal Amérique latine. La firme avait alors profité de l'occasion pour souligner les efforts qu'elle avait réalisés depuis 2009 afin de corriger une situation qu'elle a jugée « inacceptable ».

Le 19 mars dernier, Rosaire Sauriol, a affirmé que Dessau faisait de fausses factures pour obtenir l'argent comptant nécessaire pour répondre aux demandes de financement que lui présentaient les partis politiques provinciaux et montréalais.

Il a admis qu'il était responsable de ce dossier chez Dessau, mais que le grand patron de la firme, son frère Jean-Pierre Sauriol, était au courant de toute l'affaire. « C'est sûr que mon frère a été informé », a-t-il assuré.

Dessau a été fondé en 1957 par Jean-Paul Desjardins et Paul-Aimé Sauriol, père de Rosaire et de Jean-Pierre.

PLUS:rc