NOUVELLES

Des opposants à la chasse aux phoques n'iront pas sur la glace cette année

26/03/2013 03:00 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

OTTAWA - Pour la première fois depuis plusieurs années, le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) n'enverra pas d'observateurs sur les glaces de l'Atlantique pendant la saison de la chasse aux phoques, ce printemps.

L'organisme, qui s'oppose depuis longtemps à la chasse aux phoques, a indiqué mardi qu'il était temps de concentrer ses efforts de mobilisation sur les politiciens qui oeuvrent à préserver une activité qualifiée de «désuète».

La responsable de la campagne contre la chasse aux phoques à l'IFAW, Sheryl Fink, a reconnu que les confrontations annuelles sur la glace entre les chasseurs de phoque commerciaux et les militants de son groupe ont pu en fait servir les intérêts de cette industrie.

Ces confrontations, qui font l'objet d'une couverture médiatique abondante, se répètent à tous les printemps dans l'est du pays depuis une génération.

Selon Mme Fink, moins de 800 chasseurs ont participé à la dernière saison de chasse, et le marché international pour les produits du phoque s'est considérablement réduit.

Le Canada et la Norvège contestent devant l'Organisation mondiale du commerce toute interdiction des produits du phoque. Les militants pour les droits des animaux ont répliqué en lançant une campagne publicitaire qui met en scène par dérision le «ministère de l'activité désuète».

L'un des fondateurs de l'IFAW avait commencé, en 1969, à prendre des photos très explicites de la chasse aux phoques, et le groupe n'a plus jamais raté une saison depuis 1995, a indiqué une porte-parole de l'organisation.

Le ministre des Pêches et des Océans, Keith Ashfield, a refusé une demande d'entrevue à ce sujet, et son bureau n'a pas traité directement de cette décision de l'IFAW de suspendre ses activités pour la saison à venir.

Mais, plusieurs heures plus tard, le bureau du ministre Ashfield a envoyé un courriel indiquant que le gouvernement «soutient une chasse aux phoques durable et bien administrée, qui continue par ailleurs à être une activité culturelle et économique de l'est du Canada, du Québec et de l'Arctique».

Un second groupe de lobby opposé à la chasse au phoque, la Humane Society International, a de son côté fait connaître son intention d'être représentée sur les glaces de l'Atlantique à la mi-avril.

«Cette décision revient en grande partie à l'industrie, mais peu importe le moment où la chasse débutera, nous serons là», a affirmé la directrice exécutive de l'organisation, Rebecca Aldworth.

PLUS:pc