NOUVELLES

Wall Street ouvre en légère hausse, saluant l'accord chypriote

25/03/2013 10:01 EDT | Actualisé 25/05/2013 05:12 EDT

Wall Street a ouvert en légère hausse lundi après un accord in extremis entre Chypre et ses bailleurs de fonds internationaux, jugé essentiel pour la stabilité de la zone euro: le Dow Jones avançait de 0,20% et le Nasdaq 0,32%.

Vers 13H45 GMT, l'indice Dow Jones Industrial Average avançait de 28,48 points à 14.540,51 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 10,51 points à 3.255,51 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 s'adjugeait 0,39% (+6,02 points) à 1.562,91 points.

Wall Street avait fini en hausse vendredi, aidée par des espoirs d'une résolution imminente de la crise chypriote et de bons résultats d'entreprises américaines: le Dow Jones avait pris 0,63%, à 14.512,03 points et le Nasdaq 0,70%, à 3.245,00 points.

"Même si ce n'était pas une surprise au vu de la bonne humeur des marchés américains vendredi" soir, l'accord conclu dans la nuit de dimanche à lundi entre Nicosie et la troïka de ses créanciers (UE-FMI-BCE) "va éviter un effondrement de son système bancaire et sa sortie de la zone euro", a relevé Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Quelques inquiétudes se faisaient cependant déjà ressentir alors que ce plan de sauvetage, qui garantit à l'île un apport de 10 milliards d'euros, n'a été rendu possible qu'au prix de lourdes pertes pour les créanciers de la première banque du pays et de la disparition de la deuxième, la banque Laïki.

Les détenteurs d'actions, d'obligations et les dépôts au-dessus de 100.000 euros seront durement frappés, mais ceux dont les dépôts sont inférieurs à 100.000 euros, seront garantis.

"L'Europe assure le sauvetage financier de Chypre mais cet accord devrait contracter son économie d'environ 10% en quelques années", a estimé Chris Low, économiste chez FTN Financial.

Les courtiers seront également attentifs à des interventions du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Ben Bernanke à Londres en deuxième partie de séance et du président de l'antenne de la Fed de New York William Dudley.

Ils attendaient également un éventuel franchissement de son plus haut historique par l'indice S&P 500, le plus suivi par les investisseurs professionnels, près de trois semaines après celui du Dow Jones, qui avait ensuite enchaîné huit records consécutifs.

Le marché obligataire reculait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 1,946% contre 1,915% vendredi soir, et celui à 30 ans à 3,166% contre 3,135%.

ppa/sl/mdm

PLUS:afp