NOUVELLES

Le musée du Louvre devra faire mieux avec moins

25/03/2013 11:41 EDT | Actualisé 25/05/2013 05:12 EDT

Le directeur du plus grand musée du monde, qui s'apprête à quitter son poste, prévient que pour conserver son prestige, le musée devra innover, et cela malgré d'importantes contraintes budgétaires.

Dans une entrevue à l'Agence France-Presse, Henri Loyrette a prévenu son successeur de la lourdeur de la tâche qui l'attend. Avec la tempête économique que traversent la France et l'Europe, le prochain directeur devra « innover pour continuer à rayonner ».

À la tête du Louvre depuis 2001, le directeur a annoncé en décembre qu'il ne serait pas candidat à sa propre succession et qu'il quitterait son poste le 14 avril.

« Le Louvre est en bonne santé. Je suis heureux de remettre à mon successeur un établissement qui marche, des équipes remarquables ».

« La question des moyens est fondamentale. Le Louvre devra trouver des solutions innovantes pour diversifier ses sources de financement, dans une situation économique difficile. [...] La subvention de l'État va diminuer inéluctablement ».

48 % du budget actuel du Louvre est assumé par l'État, la part du mécénat et des revenus de la billetterie s'élevant à 52 %.

Au cours des dernières années, le Louvre a accru son recours au mécénat et il dispose d'un fonds qui lui permettra de financer certains travaux d'amélioration, dont la rénovation de l'accueil du public sous la pyramide.

Henri Loyrette, qui a mené à bien les chantiers du département des Arts de l'Islam, ne conduira pas l'ouverture du Louvre Abou Dhabi, un gigantesque projet de 109 millions de dollars en construction sur l'île de Saadiyat et dont l'ouverture est prévue pour 2016.

Le prochain patron du musée, qui a attiré près de 10 millions de visiteurs en 2012, doit être nommé bientôt par le président François Hollande et la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti.

PLUS:rc