NOUVELLES

Le chef du Pentagone discute défense antimissile avec son homologue russe

25/03/2013 05:59 EDT | Actualisé 25/05/2013 05:12 EDT

Le ministre russe de la Défense Sergueï Shoigu a téléphoné lundi à son homologue américain Chuck Hagel pour lui faire part de son "désir de continuer les discussions sur la défense antimissile" à haut niveau, a annoncé le Pentagone.

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel "est d'accord et a réaffirmé que cela constituait une part importante des relations américano-russes".

Les discussions devraient se poursuivre au niveau des vice-ministres, a précisé le porte-parole du Pentagone George Little dans un communiqué.

Cet entretien intervient alors que le Pentagone a annoncé la restructuration du programme de bouclier antimissile de l'Otan (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord), destiné à faire face à une menace balistique iranienne, mais que la Russie voit comme une menace pour sa sécurité.

Perçue par les observateurs à Washington comme une ouverture à l'égard de Moscou, cette décision n'est en aucun cas une "concession à la Russie", a déclaré un vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

Dans son discours sur l'état de l'Union en février, le président américain Obama avait par ailleurs annoncé son intention de négocier avec la Russie une réduction supplémentaire de l'arsenal nucléaire des pays après l'adoption du traité START de désarmement nucléaire fin 2010.

"Nous allons engager des pourparlers avec la Russie pour rechercher des réductions supplémentaires de nos arsenaux nucléaires", avait affirmé M. Obama.

Depuis la ratification du traité START (acronyme en anglais de Traité sur la réduction des armes stratégiques), signé le 8 avril 2010 par le président Obama et son homologue russe Dimitri Medvedev, les discussions sur le désarmement nucléaire entre les deux anciens rivaux de la guerre froide sont tombées dans le sommeil.

Lors de leur entretien, MM. Hagel et Shoigu ont par ailleurs discuté de la situation en Afghanistan ainsi que de la Corée du Nord, de l'Iran et de la Syrie.

mra/are

PLUS:afp