NOUVELLES

Deux témoins à la commission Charbonneau quittent leur emploi respectif

25/03/2013 04:11 EDT | Actualisé 24/05/2013 05:12 EDT

Peu de temps après avoir témoigné à la commission Charbonneau, le vice-président Amérique latine de la firme Dessau, Rosaire Sauriol, et l'ingénieur pour le Groupe SM Robert Marcil démissionnent de leurs fonctions respectives au sein de ces entreprises.

« Cette démission prend effet immédiatement », a indiqué lundi la firme Dessau au sujet de M. Sauriol, tout en soulignant les efforts qu'il avait réalisés depuis 2009 afin de corriger une situation qu'elle a jugée « inacceptable », « notamment en modifiant ses pratiques d'affaires et en renforçant [...] son code d'éthique ».

Rosaire Sauriol a déclaré la semaine dernière que, dans les années 2000, sa firme avait fait partie d'un cartel de firmes de génie-conseil à Longueuil comprenant, outre Dessau, SNC-Lavalin, CIMA, Genivar et SM.

La Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction (CEIC) a également établi que des cadres et des employés de la firme de génie-conseil avaient versé près de 1 million de dollars aux deux grands partis provinciaux - Parti québécois et Parti libéral du Québec - entre 1998 et 2010.

Rosaire Sauriol a déclaré avoir fait pour 2 millions de dollars de fausse facturation afin de contribuer financièrement aux partis politiques. Les employés qui faisaient des dons étaient ensuite remboursés par l'entreprise.

Il a admis que, durant la période où sa firme faisait du financement politique illégal et participait à un système de collusion à Montréal, l'entreprise n'avait jamais craint de voir ses pratiques démasquées par les autorités. M. Sauriol a d'ailleurs souligné qu'avant que sa firme cesse ces pratiques sous la pression des enquêtes journalistiques et policières, elle ne s'était jamais informée des sanctions encourues. Cela n'a été fait qu'à partir de 2010, lorsque Dessau a décidé de tout cesser et de dénoncer sa pratique de fausse facturation aux autorités fiscales dans le cadre d'un processus de divulgation volontaire.

Robert Marcil quitte le Groupe SM

Le Groupe SM a pour sa part annoncé la démission de l'ingénieur Robert Marcil, ex-directeur des travaux publics à la Ville de Montréal, « pour des raisons personnelles ».

Dans un communiqué, la firme précise qu'« à la suite d'une rencontre, les deux parties se sont entendues sur les modalités relatives à ce départ. Il a été convenu que ces modalités demeureront confidentielles ».

Lors de son témoignage à la commission Charbonneau, en février dernier, Robert Marcil a maintenu qu'il ignorait tout de la collusion et de la corruption qui gangrénaient l'octroi et la gestion des contrats de construction de Montréal. Il entretenait pourtant d'étroites relations avec tous les acteurs clés qui usaient de ces stratagèmes illégaux dans les années 2000, dont Giuseppe Borsellino, de Garnier Construction, qui l'a invité à ses frais en Italie.

Avec la collaboration d'Isabelle Richer

PLUS:rc