NOUVELLES

Boeing fait un test de batteries en vol sur un avion 787

25/03/2013 04:05 EDT | Actualisé 25/05/2013 05:12 EDT

Le groupe aéronautique américain Boeing a fait décoller lundi un avion 787 "dreamliner" pour un test en vol, dans le cadre de la procédure visant à redémarrer l'exploitation commerciale de ces appareils, cloués au sol depuis janvier pour un problème de batterie.

L'avion a décollé à 19H11 GMT de l'aéroport de Paine Field à Everett, dans l'Etat de Washington (nord-ouest des Etats-Unis), selon le site internet de suivi de vols en temps réel Flightaware.

Boeing avait annoncé un peu plus tôt, dans un communiqué envoyé par courriel, qu'il prévoyait un vol en boucle d'environ deux heures, et précisé qu'il s'agissait d'un "vol de vérification, destiné à s'assurer que tous les systèmes fonctionnent comme prévu".

Le groupe avait précisé qu'il s'agissait d'un appareil de ligne qu'il avait fabriqué pour la compagnie polonaise LOT.

Boeing analysera ensuite les données collectées lors du vol, afin de préparer des démonstrations au sol et en vol "dans les prochains jours", dans le cadre de la procédure de re-certification de l'appareil, selon son communiqué.

Boeing dit avoir l'intention de procéder à seulement "un vol de démonstration pour la certification", qui utilisera le même appareil et "démontrera que le nouveau système de batterie se comporte comme prévu en conditions de vol".

Le 787, dernier né de Boeing, a été cloué au sol par les autorités compétentes dans le monde entier, suite à des problèmes de batteries à quelques jours d'intervalle sur deux de ces appareils. Un départ de feu avait eu lieu à l'aéroport de Boston (Massachusetts, nord-ouest des Etats-Unis) sur un 787 le 7 janvier, et un autre avait dû faire un atterrissage d'urgence au Japon le 16 janvier.

Les enquêteurs dans les deux pays tentent toujours de déterminer les causes de ces problèmes.

Boeing avait déjà réalisé quelques vols d'essai du 787 en février, pour surveiller le comportement en vol des batteries et enregistrer des données pour alimenter les enquêtes.

Le vol de lundi est toutefois le premier depuis que les autorités américaines ont autorisé le groupe, le 13 mars, à tester les solutions qu'il propose pour régler les problèmes de batterie.

soe/sl/are

PLUS:afp