NOUVELLES

Syrie: Ceux qui spéculent sur la livre sont comme les rebelles (gouverneur)

24/03/2013 01:16 EDT | Actualisé 24/05/2013 05:12 EDT

Le gouverneur de la Banque centrale syrienne Adib Mayaleh a assimilé dimanche ceux qui spéculaient contre la livre syrienne aux rebelles qui ont pris les armes contre le régime du président Bachar al-Assad.

"Ceux qui parient sur l'effondrement de la livre syrienne sont comparables à ceux qui portent des armes face à l'armée et aux citoyens syriens. Les uns tuent l'homme et les autres l'économie", a déclaré M. Mayaleh à la télévision officielle syrienne.

La livre syrienne a perdu plus de la moitié de sa valeur depuis le début la crise il y a deux ans. Un dollar s'échangeait à 102 LS, contre 50 LS en mars 2011.

M. Mayaleh a demandé aux Syriens de défendre leur monnaie. "J'appelle tous les citoyens, ceux qui possèdent un petit ou un gros montant en livres syriennes à le garder. Le sort de ta livre est entre tes mains: si tu vends et abandonnes ta livre, elle t'abandonnera à son tour", a-t-il dit.

"La Syrie est engagée dans une guerre militaire et psychologique. Ils (les ennemis de la Syrie) veulent que les citoyens perdent confiance dans leur pays, dans leur monnaie et dans leur économie", a déclaré le gouverneur, en ajoutant que la Banque centrale allait annoncer prochainement un plan pour contrer la baisse la livre syrienne.

En août 2011, M. Mayaleh avait affirmé que les réserves de change de son pays s'élevaient à 17,4 milliards de dollars, mais aucune information n'a été communiquée depuis sur l'évolution de ces réserves.

rim/sk/fc

PLUS:afp