NOUVELLES

Série d'enlèvements dans l'est du Liban frontalier de la Syrie

24/03/2013 05:09 EDT | Actualisé 24/05/2013 05:12 EDT

Des clans rivaux chiite et sunnite ont mené des enlèvements dimanche dans une région du nord-est du Liban, proche de la frontière syrienne, a indiqué un responsable de la sécurité.

"Des hommes armés ont kidnappé Hussein Kamel Jaafar près de la région d'Arsal. Plus tard, des dizaines d'hommes armés de son clan dans les régions du Hermel et de Baalbeck se sont rendus à Arsal et ont enlevé plusieurs habitants de la ville", a précisé ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

Arsal est une localité sunnite située sur la frontière syrienne. Ses habitants soutiennent la rébellion formée en majorité de sunnites contre le régime de Bachar al-Assad, de confession alaouite, issue du chiisme. Son relief montagneux et désertique est propice au passage des armes et des combattants en Syrie.

La majorité des habitants des régions du Hermel et de Baalbeck sont chiites.

Selon des habitants d'Arsal, huit résidents de la localité ont été enlevés dimanche, mais ce chiffre n'a pu être confirmé par le responsable sécuritaire.

L'armée libanaise a renforcé sa présence dans le secteur, alors que des habitants ont fait état d'échanges de tirs intermittents.

Le Liban est sans gouvernement après la démission surprise samedi du Premier ministre Najib Mikati, à un moment troublé de son histoire en raison des profondes divisions que suscite la guerre civile qui ravage la Syrie voisine.

M. Mikati dirigeait un gouvernement dominé par le mouvement chiite Hezbollah, un allié du régime Assad.

En milieu de semaine, six personnes, dont un soldat, ont été tuées lors d'affrontements armés liés au conflit en Syrie à Tripoli, la grande ville du nord du Liban.

Le Liban, qui a connu 30 ans d'hégémonie syrienne, reste profondément divisé entre adversaires et partisans du régime Assad.

hek-ser/tp/fc

PLUS:afp