NOUVELLES

L'opposition syrienne invitée au sommet arabe de Doha

24/03/2013 07:22 EDT | Actualisé 24/05/2013 05:12 EDT

La Coalition de l'oppposition syrienne a été invitée à participer au sommet arabe de Doha, a déclaré dimanche à l'AFP le représentant de l'opposition au Qatar.

"La Coalition nationale syrienne a reçu une invitation officielle pour participer au sommet arabe et son chef, Moaz Al-Khatib, décidera qui siègera à la place de la Syrie", a précisé Nizar Al-Haraki, nommé "ambassadeur" au Qatar par la Coalition.

Selon lui, le chef de la coalition et le nouveau Premier ministre Ghassan Hitto sont attendus lundi à Doha, en même temps que les chefs d'Etat arabes qui doivent prendre part au sommet annuel mardi.

Les ministres arabes des Affaires étrangères, qui ont commencé une réunion préparatoire du sommet à Doha, doivent décider dimanche si l'opposition occupera le siège de la Syrie au sommet, le régime du président Bachar al-Assad étant suspendu de la Ligue arabe depuis 2011.

Le Premier ministre et chef de la diplomatie du Qatar, cheikh Hamad ben Jassem Al-Thani, s'est prononcé, à l'ouverture de la réunion, pour que l'opposition représente la Syrie au sommet.

"Nous nous attendons à sa participation au sommet arabe", a dit cheikh Hamad, dont le pays soutient et finance l'opposition.

Pour sa part, le chef de la diplomatie irakienne Hoshyar Zebari, dont le pays est le président sortant du sommet arabe, a exprimé "ses réserves" quant à une telle participation. "Nous avons exprimé des réserves par principe", a dit M. Zebari dans un discours à l'ouverture de la réunion.

Outre l'Irak, l'Algérie et le Liban ne sont pas en faveur de la participation de l'opposition, selon des délégués à la réunion préparatoire.

Le siège de la Syrie est vacant depuis la suspension de Damas par la Ligue arabe en novembre 2011.

Le 6 mars, la Ligue arabe avait appelé l'opposition syrienne à "former une instance exécutive pour occuper le siège de la Syrie" et participer au sommet de Doha. Depuis, M. Hitto a été élu le 19 mars comme Premier ministre intérimaire des territoires syriens aux mains de la rébellion, malgré des divergences à ce sujet au sein de l'opposition.

str-fb/at/hj

PLUS:afp