NOUVELLES

Le dernier opus de Depeche Mode, «Delta Machine», arrive dans les bacs mardi

24/03/2013 01:54 EDT | Actualisé 24/05/2013 05:12 EDT

TORONTO - Depeche Mode ayant lancé un nouvel album à tous les quatre ans depuis le début des années 1990, les amateurs n'ont pas été vraiment surpris lorsque le groupe anglais a annoncé au mois de janvier dernier que son 13e opus serait bientôt disponible.

Trois mois plus tard, le grand moment est enfin arrivé: «Delta Machine» — un album fortement influencé par la musique blues — arrivera dans les bacs, mardi.

«Les goûts musicaux des membres du groupe sont très variés, du blues jusqu'aux pionniers du rock n'roll. C'est intéressant de mêler le blues à la musique électronique», affirme le claviériste-bassiste du groupe, Andy Fletcher, en entrevue à La Presse Canadienne.

Les fans québécois du groupe auront donc quelques mois pour l'apprivoiser en attendant la venue du trio au Centre Bell de Montréal, le 3 septembre.

Andy Fletcher a promis que la sélection de morceaux interprétés en tournée reflétera bien les 30 ans de l'existence du groupe, tout en donnant un aperçu de son dernier album dont le premier extrait, «Heaven», est déjà accessible sur le site Internet du Depeche Mode depuis quelques semaines.

«Nous pensions qu'elle était la bonne chanson pour présenter l'album. La maison de disque en aurait sans doute choisi une autre. Ce n'est peut-être pas un bon choix d'un point de vue commercial car elle est trop lente mais elle représente parfaitement ce qu'est l'album en lui-même.»

Il a également expliqué que les titres de «Delta Machine» étaient plus facilement transposables sur scène que ceux issus de l'album précédent, «Sounds of the Universe», parce que plus minimalistes et puissantes à la fois. Il a donné l'exemple de «Soft Touch/Raw Never», «Angel» et «Should be Higher».

À en croire Andy Flecther, les pièces qui ont fait la renommée du groupe devraient également être au menu, même s'ils ne représentent pas nécessairement le style actuel de Depeche Mode.

Il prend pour exemple «Just Can't Get Enough», «l'une des chansons les plus populaires des années 1980».

«C'est une pièce pop classique. On ne peut pas la mettre au goût du jour et on ne peut pas ne pas la jouer», affirme-t-il.

PLUS:pc