NOUVELLES

GP de Malaisie - Sebastian Vettel: "J'ai fait une erreur !"

24/03/2013 07:39 EDT | Actualisé 24/05/2013 05:12 EDT

L'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull), victorieux dimanche en Malaisie de son 27e Grand Prix de Formule 1, a reconnu après l'arrivée qu'il avait "fait une erreur" en dépassant son coéquipier Mark Webber à dix tours de l'arrivée, contre l'avis de son écurie.

Q: Quand avez-vous réalisé que vous n'aviez pas respecté les consignes de course ?

R: "J'ai réalisé après l'arrivée, quand j'ai enlevé mon casque et quand Mark m'a parlé. J'ai pris ça en pleine figure. On va en parler en interne. Ce n'est pas une situation facile pour moi, je lui présente mes excuses et c'est difficile de tout expliquer. Quand je l'ai dépassé, il n'y avait pas beaucoup de place pour nous deux, c'était très serré, et j'étais pressé de passer, à cause de mes pneus neufs, qui me permettaient d'être plus rapide, alors que j'avais été un peu ralenti par le trafic. La différence de rythme entre nous deux était faussée parce qu'il essayait de préserver ses pneus, et j'ai pris de gros risques en le dépassant. Je n'ai pas voulu ignorer les consignes de course, ce n'était pas délibéré. J'ai juste fait une erreur, tout simplement. Je me suis raté et je vais essayer de me rattraper".

Q: Comment s'est déroulée cette course un peu spéciale ?

R: "Le départ était intéressant, en conditions mixtes, et à la fin j'allais plus vite que Mark, grâce à mes pneus neufs, et c'était une bagarre serrée. Mais j'ai fait une grosse erreur, on aurait dû rester dans ces positions. Je vois qu'il est énervé, donc je veux être honnête et je m'excuse auprès de lui. Sinon, c'était une bonne course de la part de l'équipe. Je n'étais pas sûr de la stratégie mais finalement j'ai terminé avec un train de pneus neufs et c'est ce qui a fait la différence. La course est différente des années précédentes, c'est un peu extrême d'essayer de préserver ses pneus, surtout quand il y a des lambeaux qui partent dans tous les sens, comme vous pouvez le voir à la télévision. On risque à tout moment une crevaison, et donc de ne pas finir la course. Ce serait mieux si les pneus étaient plus résistants. Il faisait vraiment chaud aujourd'hui".

Q: Cette course va-t-elle changer durablement vos relations avec Mark ?

R: "On vient de sortir de la voiture, je veux parler avec lui, sans que vous soyez présents, mais je sais que j'aurais dû mieux me comporter aujourd'hui. Là, il y a beaucoup de nourriture sur la table pour vous, mais notre relation est très professionnelle, même si tout le monde sait que nous ne sommes pas les meilleurs amis du monde. On se respecte et je me souviens de gens qui l'avaient critiqué, à tort, je sais ce qu'il a réussi, d'où il vient. On se complique un peu la vie, à chaque course, ce n'est pas évident, mais on travaille bien ensemble et l'écart n'est pas si grand entre nous, même si depuis trois ans c'est plutôt moi qui ait la main. Je ne suis pas fier d'avoir fait une erreur, et la prochaine fois je ferai les choses différemment. Je vais expliquer tout ça à Mark, tranquillement. Je vais réfléchir pour savoir si je lui donnerai une victoire, mais je pense que je saurai me souvenir de ce qui s'est passé aujourd'hui. Peut-être que dans l'avenir l'occasion se présentera..."

Propos recueillis en conférence de presse

dlo/alh

PLUS:afp