NOUVELLES

Centrafrique: Washington se dit "inquiet" par la dégradation de la sécurité

24/03/2013 04:00 EDT | Actualisé 24/05/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis se sont dits dimanche "profondément inquiets par la détérioration de la sécurité" en Centrafrique et appellent les rebelles de la coalition Séléka à respecter les accords de Libreville sur une sortie de crise.

"Nous appelons de manière urgente la direction du Séléka, qui a pris le contrôle de (la capitale) Bangui, à rétablir la loi et l'ordre dans la ville et à remettre en route les services de distribution d'eau et d'électricité", a affirmé la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland, dans un communiqué.

Washington se dit également "très inquiet" par la dégradation de la situation humanitaire et par "les informations crédibles et nombreuses faisant état d'atteintes aux droits de l'homme, à la fois par les forces de sécurité et par les combattants Séléka".

"Nous appelons fortement la direction Séléka à reconnaître la légitimité de l'Accord de Libreville, à assurer sa mise en oeuvre et à fournir tout son appui au Premier ministre (Nicolas) Tiangaye et à son gouvernement" d'union nationale, poursuit Mme Nuland.

Le président François Bozizé et l'opposition avaient signé le 11 janvier à Libreville un accord prévoyant un cessez-le-feu immédiat et une transition d'un an avec un gouvernement d'union nationale.

La capitale centrafricaine est tombée ce week-end au terme d'une offensive éclair lancée pour renverser le président Bozizé, les rebelles de la coalition Séléka l'accusant de ne pas avoir respecté les accords. Le chef de l'Etat centrafricain restait introuvable dimanche après la chute du palais présidentiel.

mra/sam

PLUS:afp