NOUVELLES

Budget fédéral : moins de ristournes à prévoir chez Desjardins

24/03/2013 07:51 EDT | Actualisé 24/05/2013 05:12 EDT

Les sociétaires des caisses Desjardins risquent de toucher moins de ristournes au cours des prochaines années.

Les caisses sont en effet confrontées à un manque à gagner qui pourrait, à terme se chiffrer à plusieurs dizaines de millions de dollars en 2017.

Selon la responsable des communications du Mouvement Desjardins, Nathalie Genest, il s'agit là de l'impact majeur de l'abolition progressive de la déduction supplémentaire accordée aux caisses de crédit annoncée jeudi dans le budget fédéral.

« Une surprise complète pour nous! Personne n'avait prévu cette décision », affirme la porte-parole.

Cette mesure avait été mise en place en 1972 afin de permettre aux caisses de crédit canadiennes de se capitaliser plus rapidement.

« Il faut comprendre que si nous avons moins de souplesse pour capitaliser chacune des caisses, on va devoir prendre une plus grande partie des excédents. Si on va chercher des montants plus considérables pour se capitaliser, évidemment, ça pourrait affecter la ristourne », explique Nathalie Genest.

Pour le moment, Desjardins n'a pas ventilé le manque à gagner annuel causé par le retrait progressif du fédéral, mais Nathalie Genest confirme qu'une première évaluation chiffre entre 20 et 25 millions de dollars, le vide financier que laissera cette mesure en 2017.

La déduction supplémentaire pour caisses de crédit (DSCC) permet aux caisses de crédit de bénéficier d'un taux réduit d'imposition sur leur revenu non autrement admissible à la déduction pour petites entreprises, et ce, jusqu'à concurrence d'un montant cumulatif maximal, lequel est directement lié au total des sommes dues à des membres par la caisse.

Le budget prévoit donc d'éliminer progressivement la DSCC sur une période de cinq ans à compter de 2013, et ce, de façon linéaire. Ainsi, la DSCC à laquelle la caisse aura droit sera égale à 80 % du montant autrement calculé en 2013, à 60 % en 2014 et ainsi de suite. Elle sera nulle à compter de 2017.

Le NPD en désaccord

Le député néodémocrate de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron, déplore la décision d'Ottawa de retirer cet avantage concurrentiel aux caisses.

Il croit que le gouvernement conservateur fait fausse route en amalgamant le mouvement Desjardins aux autres institutions bancaires du pays.

« En essayant de mettre les caisses sur un même pied que les autres institutions bancaires, on crée un désavantage pour elles et c'est très décevant », d'expliquer le député du NPD.

Selon lui, les caisses Desjardins ont une vocation communautaire et ce faisant, elles doivent laisser ouvertes même les succursales qui sont moins rentables.

PLUS:rc