NOUVELLES

Northern Gateway: la Colombie-Britannique a encore des doutes

23/03/2013 03:17 EDT | Actualisé 22/05/2013 05:12 EDT

Les questions restées sans réponse étaient nombreuses pour les avocats du gouvernement de la Colombie-Britannique, qui ont complété vendredi leur contre-interrogatoire auprès des experts de la Northern Gateway.

Northern Gateway tente d'obtenir le feu vert pour construire un oléoduc pour transporter les sables bitumineux de l'Alberta jusqu'à la côte de la Colombie-Britannique. La province a posé ses propres conditions à son assentiment au projet du gouvernement de l'Alberta, dont un plan d'urgence irréprochable en cas de déversement et une « juste part » dans les retombées économiques attendues.

Le ministre provincial de l'Environnement, Terry Lake, a déclaré dans un communiqué que la Colombie-Britannique voulait plus de détails quant aux plans de prévention et d'urgence en cas de déversement pétrolier. Ces plans sont une promesse de ce projet, évalué à quelque 6 milliards $.

Northern Gateway n'a pu démontrer de quelle manière elle pourrait réagir en cas de déversement dans des zones isolées, pas plus qu'elle n'a précisé comment elle s'y prendrait pour localiser et récupérer le pétrole déversé, poursuit-on dans le communiqué.

Le contre-interrogatoire mené par les avocats du gouvernement britanno-colombien a permis de conclure que la finalisation du plan d'urgence ne devrait pas être connue plus de six mois avant le début prévu des activités de l'oléoduc, mentionne-t-on également dans ce document.

Les risques d'un déversement accidentel sur les terres ou en mer représentent une préoccupation majeure dans le projet Enbridge.

Bien que Northern Gateway ait déjà abattu un travail considérable dans le dossier, a fait valoir le porte-parole de l'entreprise, Ivan Giesbrecht, la décision de la Commission d'examen conjoint ne serait pas la fin, mais bien le « début d'encore plus de travail, des propositions plus détaillées et de meilleurs résultat. Northern Gateway souhaite collaborer avec le gouvernement provincial », a-t-il poursuivi.

La Commission doit encore entendre les témoignages, prêtés sous serment, d'intervenants et de représentants du gouvernement fédéral. Les plaidoiries finales seront tenues en mai, et un rapport est attendu d'ici la fin de l'année.


PLUS:rc