INTERNATIONAL

Chypre: un marathon de négociations pour le plan de sauvetage (VIDÉO)

23/03/2013 03:36 EDT | Actualisé 23/05/2013 05:12 EDT

Chypre et la troïka étaient engagées samedi soir dans des négociations-marathon pour lever les milliards d'euros nécessaires à l'obtention d'un plan pour sauver l'île de la banqueroute, la Commission européenne exigeant un accord dans les 24 heures.

Le président chypriote Nicos Anastasiades a affirmé en soirée espérer un "résultat bientôt. Nous travaillons avec énergie pour sauver l'économie. Nous déployons tous les efforts possibles", alors que la Banque centrale européenne (BCE) menace de couper les vivres lundi aux banques.

Sur l'île, où les banques sont fermées depuis le 16 mars et où l'activité tourne au ralenti, la situation devenait critique pour nombre d'entreprises incapables de payer leurs fournisseurs ou d'être payées, et beaucoup de restaurants, magasins ou stations-service refusaient les paiements par carte.

Des centaines d'employés de banques inquiets pour leur emploi et leur fonds de pension ont manifesté samedi après-midi devant le palais présidentiel puis devant le Parlement à Nicosie, menaçant de se mettre en grève mardi, date prévue de la réouverture des banques, faute de garanties sur leur avenir.

Chypre doit trouver d'ici lundi 7 milliards d'euros -plus du tiers de son PIB-, pour débloquer l'aide internationale de 10 milliards d'euros de la troïka Union européenne, BCE et Fonds monétaire international (FMI)

Des représentants de la troïka étaient en soirée au palais présidentiel à Nicosie pour poursuivre les négociations, avant une réunion prévue avec les responsables des partis politique de l'île.

"Il est essentiel qu'un accord soit trouvé par l'Eurogroupe dimanche soir à Bruxelles sur un programme d'aide à Chypre. Cet accord doit ensuite être rapidement mis en oeuvre par Chypre et ses partenaires de la zone euro", a insisté le commissaire chargé des affaires économiques, Olli Rehn.

Faute d'accord avant lundi, selon des sources européennes, les pays de la zone euro sont prêts à en éjecter Chypre pour éviter que la crise ne menace par contagion d'autres pays ployant sous leur dette comme la Grèce, l'Espagne et l'Italie.

Dans l'après-midi, le ministre chypriote des Finances Michalis Sarris avait fait état de "progrès significatifs en vue d'un accord", en parlant de "deux, trois questions" devant encore être discutées, tandis que des sources proches du dossier à Bruxelles ont qualifié les négociations de "difficiles".

Si celles-ci aboutissent, M. Anastasiades rencontrera dimanche à Bruxelles les présidents du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et de la CE José Manuel Barroso. Les ministres des Finances de la zone euro doivent pour leur part se retrouver le même jour à 17H00 GMT à Bruxelles.

Face à la menace d'effondrement de l'économie, les députés chypriotes ont adopté vendredi une première série de mesures prévues dans le plan: restructuration du secteur bancaire, création d'un fonds de solidarité et limitation des mouvements de capitaux pour éviter une trop forte pression sur les banques à leur réouverture.

Selon plusieurs sources proches des négociations à Bruxelles, le plan négocié comprend la restructuration des deux grandes banques chypriotes --Bank of Cyprus et Popular Bank (Laiki en grec), qui "doivent disparaître" pour laisser la place à nouvelle banque créée avec leurs actifs sains.

La mesure doit être complétée par une décote sur les actifs sains tirés des deux banques. La fourchette en négociation varie entre 15 à 20%. L'opération, qui avait été refusée par Nicosie la semaine dernière, frapperait les détenteurs de titres, mais pas les déposants.

Selon Yiannis Tirkides, économiste à la Popular Bank, le gouvernement cherchait à convaincre les bailleurs de fonds de baisser la décote sous peine de la voir rejetée par les députés, qui avaient déjà refusé mardi une taxe inédite allant jusqu'à 9,9% sur tous les dépôts bancaires.

L'idée d'une taxe exceptionnelle de 11% sur l'ensemble des dépôts bancaires au-delà de 100.000 euros, revenue jeudi sur le tapis, a été abandonnée par crainte de recours en justice de la part des banques saines, aussi l'attention se concentre-t-elle désormais sur la Bank of Cyprus et la Popular Bank.

La loi de restructuration votée vendredi prévoit déjà le gel de tous les dépôts de la Popular Bank au-delà de 100.000 euros et selon les médias locaux, la décote attendue sur les gros comptes de la Bank of Cyprus pourrait être compensée en bonds du Trésor, ce qui éviterait un vote au Parlement.

Du côté de l'UE et de la zone euro, dont Chypre fait respectivement partie depuis 2004 et 2008, l'exaspération se fait croissante, en particulier à Berlin, alors que nombre de Chypriotes accusent l'Allemagne d'être à l'origine des conditions imposées en contrepartie du plan de sauvetage.

"Nous avons travaillé toute notre vie, nos enfants doivent finir leurs études et nous avons des dettes (à rembourser). Ce que Hitler n'a pu faire avec les armes, on nous le fait aujourd'hui avec une guerre économique. C'est inacceptable", peste Anthoula Tiba, une employée de banque.

INOLTRE SU HUFFPOST

La crise chypriote en images