NOUVELLES

Stevenson venge son unique défaite en carrière en envoyant Boone au tapis au 6e

22/03/2013 10:44 EDT | Actualisé 22/05/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Adonis Stevenson a obtenu vengeance. Le puissant gaucher de Longueuil s'est servi d'une arme dont il ne s'est que très peu servie jusque-là dans le combat — l'uppercut de la gauche — pour envoyer Darnell Boone au tapis à 2:43 du sixième round, vendredi, en finale du gala Rapides et Dangereux du Groupe Yvon Michel.

Après avoir largement dominé les cinq premiers affrontements, Stevenson (20-1, 17 K.-O.) a fait visiter le plancher à Boone (19-21-3, 8 K.-O.) une première fois au début du sixième assaut à l'aide d'un puissant crochet de la droite au corps.

Après que l'Américain ait pris le compte de huit, il a connu quelques soubresauts, plaçant même une bonne combinaison au visage du Québécois. Mais ce fut de courte durée.

Entraînant son adversaire le long des câbles, Stevenson a lancé un uppercut qui a touché Boone de plein fouet. Seul un positionnement parfait de ses jambes lui ont permis de rester debout, mais le K.-O. était déjà passé. Le direct du gauche suivant a finalement envoyé Boone au tapis. L'arbitre Michael Griffin n'a même pas terminé son compte avant d'indiquer que la soirée de travail de tout le monde venait de se terminer.

«J'attendais que Boone faiblisse, a expliqué Stevenson au sujet de sa faible utilisation de l'uppercut dans ce duel: celui qui a terrassé son adversaire n'était que le deuxième ou troisième qu'il ait tenté. J'ai été patient. Je lui ai fait mal. Quand il s'est baissé, je savais qu'il était maintenant vulnérable. Je l'ai bien pincé. Si j'avais lancé ce coup avant, il n'aurait pas eu le même effet.»

Stevenson n'a jamais laissé la chance à son adversaire de le surprendre une deuxième fois. Méthodique, celui qui vient de signer une septième victoire consécutive par K.-O. a donné une leçon de boxe à son adversaire.

«Darnell Boone est arrivé ici bien préparé, avec l'intention de répéter ce qu'il avait fait il y a près de trois ans. Il prend habituellement des combats contre n'importe qui à la dernière minute. Là, il a eu deux mois et demi pour se préparer, a noté Yvon Michel, président de GYM. Il avait comme plan de match d'être très défensif et d'exploser au bon moment, comme il l'avait fait en 2010.

«Adonis a été impeccable du début à la fin. C'est un véritable travail de démolition qu'il a fait. Round après round, il était plus incisif et il est arrivé ce qui est arrivé.»

L'entraîneur du Québécois, Javon Hill, a bien aimé la patience qu'a démontré son protégé au cours de ce combat.

«Dans son précédent affrontement contre Boone, il était trop anxieux, a-t-il fait remarquer. Mais dans ce combat-ci, comme à son dernier, il a démontré beaucoup de patience, un très bon contrôle du ring avant de conclure par un knock-out percutant.

«Boone a tenté d'attirer Adonis dans un piège pour l'atteindre en contre-attaque avec sa droite, mais Adonis a gardé son calme. Il s'est bien protégé des coups de Boone à l'intérieur et quand il se trouvait à l'extérieur, il forçait Boone à s'étirer.»

Cette victoire permet à Stevenson de venger son seul échec en carrière, subi le 16 avril 2010. Boone, après avoir visité le plancher au premier round, avait surpris le Québécois d'une solide droite au deuxième.

Stevenson n'avait jamais digéré cet échec et avant de livrer un combat de championnat du monde à Chad Dawson, le 8 juin prochain, il a imploré son promoteur de lui offrir cette ultime chance.

Aspirant obligatoire au titre des super-moyens de l'IBF détenu par l'Anglais Carl Froch, le Québécois renonce donc à cette option pour passer chez les mi-lourds et affronter Dawson, champion WBC. Stevenson, afin de faire une transition en douceur, s'est d'ailleurs battu à 173 livres contre Boone, lui cédant ainsi une part importante de sa bourse.

Mais on sent que les questions entourant cet éventuel combat ont chatouillé le promoteur Michel, qui s'affaire maintenant à promouvoir la pièce de résistance de la boxe québécoise: l'affrontement entre son protégé Jean Pascal et le boxeur d'InterBox Lucian Bute. Il a d'ailleurs convié les médias et les partisans à une conférence de presse au Centre Bell, mardi le 26 mars.

PLUS:pc