NOUVELLES

Réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur la situation en Centrafrique

22/03/2013 12:42 EDT | Actualisé 22/05/2013 05:12 EDT

Le Conseil de sécurité de l'ONU va se réunir à partir de 19H00 GMT vendredi pour évoquer la situation en Centrafrique, où les rebelles du Séléka ont forcé le dernier verrou sur la route de Bangui, avec l'intention d'entrer dans la capitale.

Annonçant que les rebelles avaient pris Damara, barrage tenu par les troupes de la force africaine à 75 km au nord de Bangui, un des porte-parole du Séléka a appelé "tout le monde, civils et militaires, au calme en attendant l'arrivée de nos troupes à Bangui, afin d'éviter des combats inutiles".

Dimanche, la rébellion du Séléka avait donné 72 heures au pouvoir pour respecter les accords de Libreville, signés le 11 janvier dernier.

Parmi les points d'achoppement figurent la libération de prisonniers politiques, la présence des troupes sud-africaines et ougandaises dans le pays et l'intégration des combattants Séléka dans l'armée.

Mercredi soir, le président Bozizé a signé deux décrets portant sur ces revendications, et a notamment fait libérer "tous les prisonniers politiques et de guerre mentionnés dans les accords de Libreville".

Toutefois, le colonel Djouma Narkoyo, importante figure de la rébellion, avait estimé insuffisant le geste du chef de l'Etat.

Parallèlement à l'offensive sur Bangui, la rébellion a mené vendredi une offensive sur Bossangoa, importante ville de 40.000 habitants dans le nord-ouest du pays, qu'elle affirme avoir prise. De source militaire centrafricaine, les combats se poursuivaient vendredi.

tw/mdm/bdx

PLUS:afp